"A bout", les fonctionnaires bruxellois vont s'enfermer dans le parc du Petit Sablon

Fonctionnaires et syndicats vont s’enfermer dans le parc du Petit Sablon de midi à 14h00.
Fonctionnaires et syndicats vont s’enfermer dans le parc du Petit Sablon de midi à 14h00. - © Google Street View

Après avoir notamment bloqué le Canal il y a une dizaine de jours, les fonctionnaires de la capitale et leurs syndicats manifesteront leur mécontentement ce mardi midi en s’enfermant dans le parc du Petit Sablon. "A bout de nerfs", ils entendent une nouvelle fois crier leur désaccord quant à leur nouveau statut en cours de négociation.

Aux yeux des représentants des fonctionnaires, les autorités n’ont jusqu’ici pas entendu les craintes et remarques émises par les diverses administrations bruxelloises quant aux risques et difficultés que la mise en pratique de ce nouveau statut va engendrer. Résultat : les négociations patinent et, du côté syndical, c’est un non "massif" qui l’emporte pour l’instant.

"La 6ème réforme de l’État va entraîner son lot de difficultés en termes de temps de travail, de réorganisations et d’implémentation des nouvelles procédures. Le renfort de personnel du Fédéral n’arrivera quant à lui qu’au premier janvier 2015. L’entrée en vigueur du nouveau statut (01/07/2014) provoquera, dès lors, une désorganisation et une surcharge de travail bien mal venues", commentent dans un communiqué les organisations syndicales.

Et les syndicats de rappeler les déménagements prévus à court terme d’institutions comme l’IBGE, ACTIRIS et le SPRB. Avec, à la clé, stress et "augmentation de la charge psychosociale pour les travailleurs".

Également pointé du doigt, le récent arrêt du Conseil d’État sur la prime de vie chère (annulée en l’occurrence) octroyée à certains organismes. Les raisons de la grogne sont donc multiples.

En vue de sensibiliser les autorités bruxelloises à leurs problèmes et craintes, les fonctionnaires bruxellois vont volontairement s’enfermer ce mardi midi dans le parc du Petit Sablon. Pour montrer leur "désespoir au Gouvernement". Une manière aussi d’exiger le retrait du projet de statut et la réouverture de la négociation de l’Accord sectoriel (2013-2014).

RTBF