RTBFPasser au contenu

5G à Bruxelles : un projet pilote pour suivre en temps réel l’exposition aux champs électromagnétiques

Vous allez peut-être les voir fleurir sur des poteaux de signalisation. 40 capteurs d’ondes vont être installés ces prochains jours dans le sud de la capitale. Des capteurs qui vont permettre de suivre en temps réel l’exposition aux champs électromagnétiques. Et à terme, à l’aide de modèles mathématiques, de prédire l’exposition aux ondes. Un projet qui pourrait se révéler très utile à l’heure où la 5G est amenée à se déployer à Bruxelles.

Il sera possible de suivre l’évolution du champ électrique et même de l’anticiper.

Les 40 capteurs, installés entre le campus du Solbosch et le Cinquantenaire dans une zone de 4,5 km2, réaliseront 12 mesures par jour. Ils pourront mesurer en temps réel l’exposition aux ondes émises notamment par les réseaux de téléphonie mobile, les services de radiodiffusion et les antennes de télévision. Le dispositif permettra également de quantifier l’impact du déploiement de la 5G à Bruxelles mais aussi de l’anticiper. " Grâce à ces données, il sera possible de suivre l’évolution du champ électrique et même de l’anticiper. A terme, l’idée est en effet de développer un modèle mathématique capable de prédire les effets de tout changement dans le réseau, comme l’ajout d’une antenne, par exemple ", explique Quentin Gontier, chercheur à l’ULB engagé sur le projet.

Ces nouveaux outils, développés par l’ULB en partenariat avec l’UCLouvain, viendront compléter et affiner les outils de simulation actuellement utilisés par Bruxelles Environnement. " Avec in fine l’objectif de pouvoir essayer d’obtenir une cartographie de l’exposition dans les villes ".

Mieux contrôler

Mieux connaître la réalité du terrain pour à l’avenir aussi mieux contrôler. " Cela nous permettra d’accumuler encore plus de données pour être certains que les opérateurs respectent la loi et les normes d’émission, précise Quentin Gontier ". "Il en va de la protection des citoyens" renchérit Blaise Godefroid, expert au département Technologies et Rayonnements de Bruxelles Environnement. "Les Bruxellois peuvent pour rappel consulter le cadastre des antennes pour vérifier les niveaux d’exposition de leur quartier. Si un doute persiste, ils peuvent aussi demander qu’une mesure soit effectuée chez eux. Cette mesure est gratuite."

Et dès le 15 octobre les mesures des champs magnétiques réalisées par les capteurs seront accessibles via la plateforme www.observatoiredesondes.com.

Ce projet pilote est financé par la Région bruxelloise via Innoviris et mené par l’Université libre de Bruxelles, l’UCLouvain et Bruxelles Environnement, avec la participation de l’Institut Mines-Télécom de Paris.

 

 

 

 

Sur le même sujet: JT 05/06/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK