5 millions d'euros investis à Namur pour fabriquer des maisons avec du chanvre

L'entreprise Isohemp de Fernelmont veut multiplier par cinq sa production de blocs de chanvre pour le secteur de la construction (à droite : Olivier Beghin, administrateur délégué)
L'entreprise Isohemp de Fernelmont veut multiplier par cinq sa production de blocs de chanvre pour le secteur de la construction (à droite : Olivier Beghin, administrateur délégué) - © RTBF - Flou

C'est une technique ancestrale remise au goût du jour : mélanger de la paille, de la chaux et de l'eau pour construire une maison. Mais l'originalité du procédé développé par l'entreprise namuroise Isohemp, c'est d'utiliser le chanvre comme matière première, et plus particulièrement les copeaux de la plante après séchage et défibrage.

Isohemp, installée depuis 2015 dans le parc industriel de Noville-les-Bois, fabrique des blocs de différentes tailles et épaisseurs. Le produit ressemble à du béton cellulaire (type blocs Ytong), mais en plus léger et avec des propriétés isolantes intéressantes. Le bénéfice est aussi écologique : une maison construite avec des blocs de chanvre stocke une dizaine de tonnes de CO², capturées par la plante durant sa croissance, un peu comme les construction en bois.

Chaque jour, une maison en chanvre

L'usine de Fernelmont tourne aujourd'hui à plein régime. "Nous produisons entre 3000 et 5000 blocs par jour, soit environ un million par an, explique Olivier Beghin, l'administrateur délégué d'Isohemp. En 2018, chaque jour, une maison a été construite avec des blocs de notre fabrication. Nous allons construire une nouvelle usine pour multiplier cette capacité par cinq." Un investissement de 5 millions d'euros dans le parc industriel de Noville-les-Bois, soutenu par la SRIW et quelques actionnaires privés.

Avec un chiffre d'affaires d'un million d'euros en 2017 et environ 1,5 millions en 2018, Isohemp est - certes - en croissance mais encore loin du seuil de rentabilité. "Nous devons faire un important travail commercial pour faire connaître notre produit et convaincre le secteur de la construction, plutôt conservateur, explique O. Beghin. Les architectes, les entrepreneurs, les maçons ne changent pas leurs habitudes du jour au lendemain."

Isophemp espère doubler son chiffre d'affaires en 2019 et inaugurer sa nouvelle usine en 2020.

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK