3E, une entreprise bruxelloise qui monte

Illustration d'un parc éolien (Décembre 2009)
Illustration d'un parc éolien (Décembre 2009) - © Belga Picture

3E est une petite entreprise qui, à sa création, il y a dix ans, comptait trois personnes. Aujourd'hui, elle vient d'engager son 100e salarié. La société est spécialisée dans le conseil de grands projets de parc éolien ou solaire partout dans le monde. Un créneau porteur, une bonne dose de savoir-faire et quelques aides de la Région bruxelloise: c'est la recette du succès de cette entreprise.

C'est un grand cube de béton, situé en retrait du quai à la Chaux, en plein centre de Bruxelles. Une petite entreprise qui, aujourd'hui, joue dans la cour des grands. Son patron, Geert Palmers, négocie avec les grands groupes du monde entier. Il précise: "On est fixé sur le plan international. La plupart des clients sont des sociétés internationales qui travaillent dans plusieurs pays. Le choix d’être à Bruxelles est lié à cela, parce qu’on veut avoir un contact très fort avec ce genre de société, qui sont basées à Bruxelles, à Londres, à Paris ou à Amsterdam."

Un succès qui arrive parce que l'entreprise s'est très tôt située sur le créneau porteur des énergies renouvelables. Elle a donc eu le temps de développer son expertise. Geert Palmers explique: "On a démarré très tôt dans le marché des énergies renouvelables, au moment où ce n’était pas du tout évident. Maintenant, c’est vraiment un marché-clé dans le secteur de l’énergie."

La Région bruxelloise a injecté 2 000 000 d'euros dans les projets de recherche de l'entreprise. Forcément, la création de ces 100 postes en dix ans, c'est un beau retour sur investissement. C'est aussi la preuve que la recherche à Bruxelles est un vivier d'emploi, même si l'entreprise recrute beaucoup à l'étranger. 18 nationalités sont représentées au siège bruxellois, mais 80% des salariés résident à Bruxelles.

Olivier Hanrion – Delphine Wilputte
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK