39 pesticides différents découverts à l'intérieur d'une école en zone agricole

Quarante pesticides découverts à l'intérieur d'une école
Quarante pesticides découverts à l'intérieur d'une école - © Wiki commons

Des chercheurs de Gembloux agro bio tech (ULiège) ont mesuré l'exposition aux pesticides de plusieurs écoles situées en zone agricole, principalement en Brabant wallon. Les résultats confirment une étude pilote réalisée en 2016, qui avait identifié 23 produits différents dans la cour de récréation de l'école de Cortil-Wodon (Fernelmont).

Durant la période de pulvérisation, entre avril et juillet, les panneaux capteurs installés aux abords des écoles ont détecté la présence d'une trentaine de pesticides en moyenne. Le cas de Cortil-Wodon n'est pas donc pas isolé.

Dans cette nouvelle étude, intitulée Propulpp, les chercheurs ont aussi passé un chiffon sur les jeux installés dans les cours de récréation. Les analyses sont peu équivoques : les modules sur lesquels les enfants s'égayent sont recouverts de pesticides, une vingtaine de substsances en moyenne.

D'autres mesures comparables ont été réalisées à l'intérieur des écoles, dans les classes, au sol et sur les appuis de fenêtre. Même constat : des dizaines de pesticides différents s'insinuent dans les bâtiments, sans doute avec la poussière ramenée de l'extérieur sur les chaussures des enfants. Dans une classe, ce sont pas moins de 39 substances différentes qui ont ainsi été mesurées !

Une série de mesures adoptées par la Région wallonne

Les quantités sont assez faibles. Mais cette exposition aux pesticides dans l'air s'ajoute évidemment aux autres sources d'exposition, principalement la voie alimentaire. De plus, on mesure encore très mal ce que les chercheurs appellent "l'effet cocktail", à savoir le fait que la combinaison de plusieurs pesticides peut démultiplier leur nocivité.

Récemment, la Région wallonne a adopté une série de mesures pour limiter l'exposition de la population aux pesticides, notamment l'obligation pour les agriculteurs d'utiliser une buse pour réduire la dérive dans l'air des produits pulvérisés ou encore l'interdiction de pulvériser quand le vent souffle à plus de 20 km/heure.

Au regard de cette nouvelle étude, l'interdiction de pulvériser à moins de 6 mètres des habitations ou des jardins paraît insuffisante : dans certains cas, les chercheurs ont trouvé des traces de produits toxiques à plus de 16 mètres des zones pulvérisées.

La nouvelle législation wallonne interdit aussi les pulvérisations à moins de 50 mètres des écoles ou des crèches pendant les heures scolaires, mais l'étude montre que dans certains cas, on ne mesure aucun produit toxique dans le voisinage deux heures après la pulvérisation mais seulement 24 heures plus tard.

Une autre étude, publiée récemment par l'Institut scientifique de service public (ISSEP), avait montré que si les populations habitant en zones agricoles sont particulièrement exposées aux pesticides, cette pollution ambiante concerne tous les Wallons, même ceux qui habitent en ville.

Archive : Etude sur les pesticides dans l'air en Wallonie (JT 15/05/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK