38% des Bruxellois francophones veulent déménager dans les cinq ans

70% des sondés francophones désireux de changer de domicile souhaitent rester dans la région.
70% des sondés francophones désireux de changer de domicile souhaitent rester dans la région. - © Belga

C'est le résultat d'une enquête sociologique menée à la demande de la VGC, la Commission Communautaire flamande de la Région bruxelloise.

Il faut distinguer les chiffres en fonction de la langue. Les Bruxellois flamands sont environ un tiers à envisager de déménager dans les 5 ans. Les Bruxellois francophones ont un peu plus la bougeotte, avec 38% d'intentions de déménagement.

Cela dit, déménager ne signifie pas nécessairement quitter la région bruxelloise… L'enquête ne révèle en effet pas une accentuation de l'exode urbain, cette tendance à fuir la ville pour la campagne ou la périphérie. Sur le tiers de Bruxellois flamands qui souhaitent déménager, 40% veulent s'installer en Flandre. Et plus de la moitié envisage de rester à Bruxelles.

Pour les Francophones, 70% des sondés désireux de changer de domicile souhaitent rester dans la région.

Qu’est-ce qui donne envie aux Bruxellois de rester vivre en ville?

L'enquête n'entre pas dans les détails. Mais elle montre que les 3/4 des personnes interrogées sont contentes à la fois de leur quartier et de leur ville. Le rêve de posséder une villa quatre façades à la campagne n'est apparemment plus aussi répandu qu'il y a 25 ans, quand l'exode urbain frappait plus fortement la capitale.

Quid des problèmes de mobilité?

30% à peine de l'échantillon juge suffisante l'offre de places de stationnement dans les quartiers. 40% des sondés se plaignent de l'agressivité au volant et près d'un Bruxellois sur deux se plaint d'une vitesse excessive dans les quartiers.

Et les transports en commun? Eh bien la Stib a tous les motifs de se réjouir: 80% des sondés trouvent suffisante l'offre en transports publics à Bruxelles. 

Hélène Maquet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK