3 Suisses mettra fin à ses activités à Orcq le 31 mars 2015

Le site de 3 Suisses, à Orcq (près de Tournai).
Le site de 3 Suisses, à Orcq (près de Tournai). - © Google Maps

C'est la consternation aux 3 Suisses à Orcq, dans l'entité de Tournai. Suite à un conseil d'entreprise extraordinaire, ce mercredi à 10h, la direction a annoncé le licenciement de tous les travailleurs, à savoir 127 personnes. Le personnel a débrayé immédiatement après. La première réunion de la procédure Renault se tiendra ce jeudi à 14 heures.

Pour rappel, la société Saint Brice dispose de deux sites d'exploitation, l’un à Sint-Niklaas et l’autre à Orcq (près de Tournai, à quelques encablures de la frontière française).

Orcq a été pensé comme une plateforme de services (coordination catalogues, relation client) pour les enseignes commerciales belges du Groupe 3SI et héberge l’activité commerciale de 3Suisses en Belgique.

"Les prestations de la plateforme de services d’Orcq ne correspondent plus aujourd’hui aux attentes des enseignes dont les modèles économiques évoluent (ndlr : d’autant que l’e-commerce, dans lequel le groupe a tenté de se lancer, s’est avéré plus complexe à mettre en œuvre que prévu), a déclaré la direction de Saint-Brice par communiqué pour justifier sa décision. Par ailleurs, le site d’Orcq connait une situation financière très dégradée (baisse de 30% de l’activité et perte de 15 millions d’euros en 5 ans)."

L’entreprise a donc décidé d’informer les syndicats ce mercredi matin, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, de sa volonté de changer radicalement l’organisation actuelle. Comprenez : "la cessation de l’activité plateforme exercée par l’unité technique de production basée à Orcq."

Au départ, syndicats et travailleurs s’attendaient bien à une mauvaise nouvelle. Une restructuration à coup sûr. 60 emplois à la trappe, plus ou moins. Mais certainement pas au licenciement de l’ensemble du personnel.

Dans la foulée, la direction tente bien d’arrondir un peu les angles. "A ce jour, des solutions ont été identifiées et continuent à être recherchées pour atténuer l’impact social de ce projet. Ces recherches portent sur 94 postes, puisque 33 des collaborateurs actuels de l’unité d’Orcq seraient repris dans 3Suisses Belgium, une société qui serait créée pour soutenir le développement 100% digital de la marque en Belgique."

On le comprend: Saint-Brice va tenter de recaser un maximum de travailleurs, dans d’autres filiales. Elle promet également de réengager 33 personnes dans une nouvelle entité (3Suisses Belgium) et "qu’elle mettra tout en œuvre pour instaurer le meilleur dialogue social avec les instances représentatives du personnel".

En attendant, au 1er mars 2015, les pertes d’emploi seraient bel et bien effectives.

"Le dindon de la farce"

"C'est une annonce très grave", lancent Michèle Van Acker (permanente CSC-CNE Hainaut occidental) et Rita Liebens (secrétaire permanente Setca Wallonie picarde). "Le directeur du site vient d'annoncer que 127 travailleurs allaient être licenciés, tout le monde donc, et qu'ils envisageaient la création d'une nouvelle structure juridique pour 33 travailleurs", lancent-ils abasourdis.

Après l'annonce aux travailleurs, ceux-ci ont débrayé. Le site des 3 Suisses à Orcq a déjà fait l'objet de plusieurs restructurations. Des licenciements sont également survenus en France. "Nous avons l'impression que la Belgique est le dindon de la farce."

Réactions de Rudy Demotte (PS) et de membres du cdH

Dans un communiqué, la porte-parole du bourgmestre a exprimé la préoccupation de Rudy Demotte pour le sort des travailleurs à qui il tient à affirmer sa solidarité.  Rudy Demotte dit encore espérer que "la phase d'information prévue par la loi Renault permettra de dégager une solution pour le maintien de l'activité et le sauvetage du plus grand nombre d'emplois".

Le chef de groupe du cdH au Parlement Wallon, Dimitri Fourny, et la Députée wallonne Véronique Waroux, cheffe de groupe à Péruwelz, ont eux aussi été particulièrement touchés par l’annonce du groupe 3Suisses de fermer son site d’Orcq (Tournai).  Les Députés cdH regrettent la décision du groupe de fermer son site d’Orcq.  Le Député Fédéral et Bourgmestre de Leuze-en-Hainaut, Christian Brotcorne, s'associe à leur sentiment et tous les trois exhortent les Ministres de l’emploi wallon et fédéral à organiser sans tarder une rencontre avec les acteurs du secteur et de tout mettre en œuvre pour sauver les 127 emplois concernés.

Le personnel poursuit ce jeudi l'arrêt de travail.

Xavier Van Oppens, Laurent Dupuis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK