23 pesticides mesurés dans la cour de récréation d'une école en Hesbaye

23 pesticides mesurés dans la cour de récréation d'une école en Hesbaye
23 pesticides mesurés dans la cour de récréation d'une école en Hesbaye - © Belga

L'école fondamentale Saint-Martin de Cortil-Wodon (Fernelmont) est située en pleine campagne et entourée de champs agricoles. Il y a un peu plus d'un an, certains parents avaient manifesté une inquiétude : est-ce que les enfants ne sont pas trop exposés aux pesticides ?

Pour en avoir le cœur net, un ingénieur-agronome de l'université de Liège-Gembloux, Bruno Schiffers, a installé des panneaux collecteurs de pesticides le long de la clôture qui sépare l'école des champs agricoles. La période n'a pas été choisie par hasard : d'avril à juin, soit en pleine période de pulvérisation des cultures.

Les premiers résultats ne sont pas rassurants : "On a retrouvé la trace de 23 pesticides, commente le chercheur. Et certaines doses mesurées ne sont pas négligeables".

Malgré une zone tampon de 12 mètres

Pourtant l'agriculteur, de bonne composition, a concédé une zone tampon de 12 mètres de large entre ses cultures et la cour de récréation. Il y a planté du myscanthus pour dresser une barrière végétale non traitée avec les pesticides. Ses machines sont équipées de buses qui limitent la dispersion des polluants dans l'air.

Mais ce n'est manifestement pas suffisant pour bloquer complètement le nuage de pesticides.

A ce stade, l'étude ne peut pas encore conclure à un risque accru pour le santé des enfants fréquentant l'école. "Les résultats doivent encore être analysés sous cet angle, précise Bruno Schiffers. Il faudra en outre répéter les mesures au printemps prochain, lorsque le myscanthus aura poussé et constituera une barrière végétale plus touffue et plus haute que cette année.

Le cas de l'école de Cortil-Wodon est loin d'être isolé. En Hesbaye, en particulier, les lieux de vie que sont les écoles, les crèches, les maisons de repos ou tout simplement les maisons d'habitation ne sont jamais très éloignés des cultures.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK