2000 prépensionnés d'Arcelor devront prouver qu'ils cherchent du boulot

Quelque 2000 travailleurs d’ArcelorMittal sont concernés par cette mesure.
Quelque 2000 travailleurs d’ArcelorMittal sont concernés par cette mesure. - © ERIC LALMAND - BELGA

Selon la CSC, environ 2000 prépensionnés d'ArcelorMittal seront prochainement obligés de prouver qu'ils cherchent bien du travail. C'est une conséquence de l'arrêté royal du 30 décembre dernier qui fixe le régime de chômage avec complément d'entreprise. "Absurde", lancent les syndicats.

Une quinzaine des quelque 2000 prépensionnés d’ArcelorMittal sont venus rencontrer jeudi après-midi à Liège la secrétaire nationale de la CSC Marie-Hélène Ska. "Nous recevons régulièrement des témoignages de travailleurs qui ont été sommés de se rendre au Forem et de commencer un nouveau trajet professionnel sous peine d’exclusion des allocations de chômage."

Pour la syndicaliste, il s’agit là d’une mesure totalement "absurde, qui fait qu’aujourd’hui des personnes qui sont en préretraite, qui ont donc quitté le monde du travail, se retrouvent mis en concurrence avec des jeunes alors que cela ne crée pas un seul emploi supplémentaire !"

Cela dit, une marge de manœuvre est encore possible, d’après les syndicats. "Nous devons encore la déterminer entre interlocuteurs sociaux mais nous irons de toute façon la soumettre au gouvernement dans les 15 jours qui viennent. Pour nous, il n’est pas question de revoir le contrat qu’on a passé avec toute une série de personnes parties en préretraite. D’autre part, pour toutes les personnes qui s’apprêtent à quitter leur entreprise aujourd’hui, il faut voir si on peut permettre à certaines d’entre elles de profiter pleinement de leur retraite/préretraite, et donc de ne plus être concernées par la mesure."

François Braibant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK