Watermael-Boitsfort: 200 personnes contre le plan de survol de Bruxelles

"Tout le monde est touché dans tous les quartiers, on est complètement scandalisé", déclare une manifestante, quand une institutrice clame que "nos enfants dans la cour de récréation sont survolés par les avions constamment, ils mangent clairement du kérosène".

"A six heures, c'est déjà un ballet constant, et le soir c'est pareil", continue-t-elle. "Je n'ai pas encore acheté mes doubles vitrages, et même avec les volets fermés je peux vous dire que je les entends décoller, décoller et encore décoller toutes les deux minutes".

Un autre membre du collectif déplore que "pour soulager les zones riveraines de l'aéroport, on a adopté l'un des pires plans de l'histoire de la gestion des nuisances sonores de l'aéroport". Il ajoute que "contrairement à ce que M. Wathelet prétend, nous avons fait réaliser de premières études objectives à ce sujet et au total, ce sont plus de 650 000 citoyens bruxellois qui sont survolés". Un constat qu'il qualifie d'"inacceptable".

"Nous demandons un moratoire, c'est-à-dire le retour en arrière aux anciennes routes, pour rechercher et négocier des mesures structurelles de manière objective et en concertation avec l'ensemble des citoyens bruxellois", conclut-il.

Vraisemblablement gêné, le ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort ne savait trop quoi répondre au sujet de ce nouveau plan Wathelet de dispersion des vols au-dessus de la capitale. Il a rappellé qu'il comprenait leur combat puisqu'en tant que bourgmestre d'Evere, il a "il y a bien longtemps" commencé à se battre pour "arrêter le survol de Bruxelles".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK