Coronavirus: 20 millions d'euros attendus pour relancer l'économie en Brabant wallon

La décision adoptée ce mercredi matin lors de la réunion mensuelle des représentants des 27 communes du Brabant wallon et de la Province n’est pas banale : créer un fond de relance pour permettre au secteur économique local de sortir la tête de l’eau, une fois la crise du coronavirus passée. Le montant ambitionné est de vingt millions d’euros. La Province en dégage déjà dix. "Le Brabant wallon peut facilement mobiliser cette somme en agissant sur deux vecteurs : les appels à projets, qui sont les soutiens que nous apportons chaque année aux projets communaux, et nous voyons aussi comment gonfler cette enveloppe au départ de notre plan d’investissement", indique le président du Collège provincial, Mathieu Michel.

Si chacun fait son projet de relance dans son coin, on perd en pertinence et en impact

Aux communes maintenant de réunir ensemble les dix autres millions d’euros. "On se rend compte que chacune des communes se mobilise pour relancer son économie. Mais si chacun fait son projet de relance dans son coin, on perd en pertinence et en impact. D’autant qu’aucune commune n’est encore capable d’identifier avec pertinence quels secteurs d’activité sont les plus impactés sur son territoire", poursuit Mathieu Michel. Les intercommunales sont également mobilisées.


►►► A lire aussi : Tout notre dossier sur le coronavirus


Méthodologie de travail

Il attend donc que tout le monde joue le jeu. "Si on arrive à atteindre un tel montant, on développera des actions plus efficaces. On pourra générer des effets levier qui permettront de réinjecter davantage que ces vingt millions d’euros. C’est en travaillant ensemble qu’on pourra être le plus efficace pour la relance économique", insiste-t-il. La Province prévoit aussi de mettre sur pied une méthodologie de travail adaptée aux spécificités de l’économie locale. Réunis ce matin, les bourgmestres ont répondu positivement à cet appel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK