15 places de confinement pour les sans-abri à Bruxelles

15 places de confinement pour les sans-abri à Bruxelles
15 places de confinement pour les sans-abri à Bruxelles - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le gouvernement bruxellois ouvre, ce mardi, 15 places de confinement pour des sans-abri dans le centre d’accueil de la rue de Trêve géré par la Croix-Rouge. Objectif: éviter une contamination dans les 3 centres du plan d’accueil hivernal qui accueille chaque jour 1750 personnes.

Vivre dans la rue au quotidien a d’importantes répercussions sur la santé mentale autant que physique. Les sans-abri sont donc un public particulièrement à risque. "Ce sont des personnes qui, déjà aujourd’hui, présentent parfois des pathologies et donc sont considérées comme des publics plus vulnérables et donc qui demandent une attention toute particulière" explique Marie Dimosténiadis, directrice régionale de la Croix-Rouge à Bruxelles.

Voilà pourquoi le gouvernement bruxellois, avec les associations actives dans le secteur, a décidé d’ouvrir 15 places qui garantissent les conditions d’isolement et de protection pour des sans-abri éventuellement contaminés et qui ne présentent pas de symptômes graves. Un étage leur sera réservé dans le bâtiment. "On sait que les personnes qui travaillent dans ce secteur travaillent dans des conditions difficiles, encore plus depuis l’épidémie de coronavirus. Donc on devait agir précise" Alain Maron, ministre bruxellois en charge de l’action sociale et de la santé. "Il faut essayer de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’épidémie qui se répande dans un centre d’accueil pour sans-abri. Et donc, on a décidé d’ouvrir, grâce à l’aide de la Croix-Rouge mais aussi de tous les acteurs de terrain, des nouvelles places d’accueil, spécialement dédicacé à du public qui serait malade mais dans un état grave".

Cette capacité de 15 lits pourra être revue à la hausse en fonction des besoins. Dès ce mardi, un service mobile d’intervention avec du personnel médical est mis en place, notamment pour permettre d’assurer le transport sécurisé vers l’hôpital ou vers ces places de confinement. Des maraudes sanitaires seront également organisées pour venir au contact des personnes éloignées des centres d’aide.