14-18: toutes les générations réunies autour du Relais Sacré

Colonel Crucifix, l’image qui symbolise le Relais Sacré, c’est le flambeau. Pour quelle raison ?

" Le flambeau symbolise le souvenir, la fraternité et le respect envers les morts. Il symbolise également la transmission de ce souvenir de génération en génération afin qu’il ne disparaisse pas. Le Relais Sacré est une tradition qui remonte à 1928. Tradition qui a pris son origine en Belgique. Lors de cette première édition, des flambeaux sont partis des quatre coins du pays, portés par des survivants de la première guerre mondiale et ont convergé vers la Colonne du Congrès et la tombe du Soldat inconnu. La France a repris cette tradition à partir de 1934 ".

En fonction des endroits, les affluences du public sont différentes. Y avait-il davantage de monde il y a 40 ans ?

" Il est vrai que l’on constate une certaine érosion de ce phénomène surtout depuis quelques années. A mon sens, il s’agit d’une situation générationnelle liée au fait que ceux et celles qui ont connu la guerre disparaissent peu à peu ".

A vous entendre, c’est une manifestation qui risque de s’éteindre…

" Le risque existe. Cependant, je pense que les manifestations du Centenaire de la première guerre mondiale sont l’occasion de raviver cette tradition particulière et le devoir de mémoire, en particulier. Deux exemples : Le 6 novembre dernier, à Pepinster, il y avait 200 enfants devant le nouveau monument et ce matin à l’Athénée de Spa, les classes de 6e étaient réunies devant le monument aux morts pour un moment de réflexion ".

Propos recueillis par Marc Mélon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK