1000 jeunes scientifiques de 60 nationalités différentes en visite à Mons

Les 1000 étudiants en sciences rassemblés à la Place de parc de Mons
3 images
Les 1000 étudiants en sciences rassemblés à la Place de parc de Mons - © Céline Alaimo

1000 jeunes scientifiques sont en visite à Mons aujourd'hui. Ils ont entre 16 et 25 ans et viennent du Chili, du Nigeria, de France ou encore du Canada. Au total 60 nationalités sont représentées. Ces férus de sciences ont participé à l'Expo-Sciences International (ESI) qui se tenait jusqu'à hier sur le site de Tour & Taxi à Bruxelles. Chaque groupe d'étudiants a pu présenter son projet et échanger avec des élèves venant de partout ailleurs sur leur passion commune: la sciences.

 

Ils étaient hier à Bruxelles et font escale aujourd'hui dans la Capitale européenne de la culture. Les 1000 collégiens en provenance d'une soixantaine de pays présentaient hier leurs projets scientifiques dans le cadre de l'Expo-Sciences International. Ce sont près de 400 projets qui ont été dévoilés durant les quatre jours qu'a duré l'exposition. Le but: favoriser la vulgarisation de projets scientifiques tout en profitant d'un véritable échange culturel.

Anthony est élève en Terminal au lycée Charles de Gaule de  Muret près de Toulouse. Il est venu accompagné de son professeur de physique. Du haut de ses 17 ans, avec son groupe, il a réalisé une bouée expérimentale qui permet de faire des relevés de température, de PH et de conductimétrie sur un fleuve. "J'ai eu l'occasion de rencontrer des étudiants qui travaillent sur des appareils similaires. Ca nous a donné la possibilité de leur poser des questions, ils nous en ont posé aussi et on s'est en quelque sorte entraidé".

 

L'idée est de faire se rencontrer des étudiants venant de cultures différentes mais qui partagent une passion commune. Samy a 16 ans, il vient du Chili et lui aussi a été sélectionné pour participer à l'édition 2015 de l'ESI. Son dada à lui c'est la biologie. Pour lui aussi, même si la barrière de la langue s'est parfois faite ressentir, cette expérience a été une vraie possibilité d'échange.

Un sentiment partagé par Taiwo, 14 ans. Elle est venue du Nigeria avec son groupe pour présenter son projet d'une canne électronique pour malvoyant. "Cela fonctionne selon le principe d'écholocation. Lorsque le mal voyant s'approche d'un obstalce, la canne vibre et permet ainsi au malvoyant de s'orienter plus facilement. Le but est de rendre les personnes souffrant de troubles de la vision plus indépendantes". Pour elle, cette expérience a été très enrichissante. "Je me suis faite une nouvelle amie. Elle s'appelle Yolanda et elle présente un projet lié au sport. Je trouve cette expérience vraiment très intéressante parce que j'ai pu rencontrer des gens qui viennent de partout et qui, parfois, parlent des langues que je ne comprends pas. Puis nous partageons tous un intérêt pour la sciences".

 

Parmi les 60 nationalités représentées, la Belgique était évidemment de la partie. Thom, 16 ans, étudie à l'Ecole d'Horticulture de Liège. "On a fait connaissance avec des étudiants très sympa dont des français. On a été voir les divers projets présentés qui étaient parfois issus de partenariats entre deux pays. C'était notamment le cas pour un projet en robotique qui rassemblait une équipe de français et d'américains. On a pu aussi parler de nos différences culturelles, donc c'était vraiment une très chouette expérience".

 

Les étudiants terminent leur séjour d'une semaine par une visite dans la capitale européenne de la culture avant de repartir vers leurs pays d'origine.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK