10 nouveaux parcs en région bruxelloise

Les parcs à Bruxelles sont d'un grand secours lors de fortes chaleurs
Les parcs à Bruxelles sont d'un grand secours lors de fortes chaleurs - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Partout où ce n'est pas interdit on construit du logement et donc tous les espaces constructibles sont peu à peu urbanisés. La décision de construire 10 nouveaux parcs est une réponse à la pression démographique que connait Bruxelles. Ces parcs seront construits dans un délai de 25 ans. Vos enfants n'y joueront pas du tout de suite.

Un exemple dont on a déjà beaucoup parlé : c'est le campus de la plaine, un espace vert privé de 8 hectares, accessible à tous pour le moment mais sur lequel on va construire 140 logements. Ces nouveaux parcs visent à contrebalancer la perte d'espaces verts à Bruxelles. Certains quartiers sont très défavorisés en la matière, c'est le cas en particulier dans le centre de Bruxelles et dans la zone du canal.

Le gouvernement a donc approuvé la semaine dernière un maillage vert qui passe par l'aménagement ou le réaménagement de parcs dans les prochaines années. L'emplacement de certain est d'ores et déjà connu. A l'arrière de Tour et Taxis une vingtaine d'hectares avec des pelouses, une zone boisée et une plaine de jeux seront aménagés. La première phase devrait être accessible en 2014.

Autre exemple du côté de la Place Fontainas, il y a déjà un petit parc avec un terrain de jeux mais il va être agrandi. Compte-tenu de la densité de population dans le quartier cela parait indispensable.

Pour d'autres, les projets sont plus flous mais les zones ont quand-même été identifiées. La porte de Ninove ou le quartier Heyvaert à Anderlecht sont du nombre. D'anciens sites ferroviaires du côté de la Gare de L'ouest ou encore sur le plateau du Heysel dans le cadre du projet Neo figurent également au programme, mais pour le moment ces projets sont encore très flous.

Les associations de défense de la nature se réjouissent de l'attention portée par le gouvernement aux espaces verts, mais ils déclarent être attentif à la qualité de ces futurs espaces. Ne laisser la place qu'à une nature domestiquée, aménagée avec des pelouses trop bien tondues, cela serait dommage, notamment pour la biodiversité. 

Véronique Fievet

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK