Yvan Mayeur s'en prend à Kinépolis après les incidents autour du film "Black"

Yvan mayeur s'en prend vivement à Kinépolis
Yvan mayeur s'en prend vivement à Kinépolis - © THIERRY ROGE - BELGA

Ce lundi, lors du conseil communal de la Ville de Bruxelles, le bourgmestre (PS) Yvan Mayeur a vivement critiqué la direction du complexe de cinémas Kinépolis pour sa gestion défaillante des incidents autour de la projection du film "Black". Le mercredi 11 novembre, jour de la sortie du film, de nombreux mineurs d'âge ont voulu assister à une séance alors que le film était classé "enfants non admis". Plusieurs d'entre eux ont acheté un billet pour un autre film puis ont tenté de pénétrer dans la salle projetant "Black", créant des incidents avec d'autres spectateurs. La direction du multiplexe a fini par appeler la police en renfort pour disperser les jeunes. Une attitude qui n'a manifestement pas plu à Yvan Mayeur.

"Kinépolis organise des événements, n'en prend pas la mesure, crée une situation ingérable devant ou dans son cinéma, se trouve débordé et appelle alors la police à la rescousse pour évacuer. L'autre fois, c'était le "Movie Day" et c'est la police qui a dû faire évacuer tous les gens qui étaient dans le cinéma et les personnes qui se trouvaient devant le complexe. Il y avait plus de 4000 personnes. La police n'est pas là pour réparer les erreurs de gestion interne de Kinépolis. Je pense d'ailleurs que s'il y avait des agents de sécurité pour contrôler les tickets à l'entrée des salles, peut-être que les choses ne se seraient pas déroulées de cette façon-là. Je pense qu'il y a une responsabilité à avoir lorsqu'on exploite commercialement des complexes de cinéma de cette ampleur. Et je pense qu'on ne peut pas systématiquement s'en référer à la police quand les choses tournent mal. Je l'ai dit aux exploitants de Kinépolis et j'aimerais bien qu'à l'avenir, quand ils organisent des événements, ils gèrent la situation".

Et le bourgmestre de Bruxelles de poursuivre :

"Ce que j'ai déploré ici, en plus, c'est qu'on a fait croire, compte tenu du film et du public particulier qui venait le voir, qu'il était logique qu'il y ait des troubles. Ce que je trouve scandaleux. Ce ne sont pas les jeunes, ni le thème du film, qui ont créé des difficultés. C'est la gestion - ou plutôt la non gestion - des salles par Kinépolis qui a crée la confusion et la situation de désordre dans laquelle on s'est trouvé. Je n'accepte pas qu'on stigmatise les jeunes de nos quartiers parce qu'on n'est pas capable d'organiser les choses convenablement".

La diatribe d'Yvan Mayeur faisait suite à une interpellation du conseiller communal cdH Hamza Fassi-Fihri au sujet de ces incidents du 11 novembre. L'élu de l'opposition s'était réjoui que les exploitants du multiplexe aient maintenu "Black" à l'affiche malgré les incidents. Le retour de boomerang a été plutôt musclé.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK