Youthstart : une formation pour les "rêveurs" qui veulent trouver un job

Youthstart : une formation pour les "rêveurs" qui veulent trouver un job
2 images
Youthstart : une formation pour les "rêveurs" qui veulent trouver un job - © Tous droits réservés

Connaissez-vous les "neet’s"? C’est le nom donné aux jeunes qui ne sont ni étudiants… ni employés… ni stagiaires. En Anglais : "Not in Employment, Education or Training". Ils sont plus de 270 000 en Belgique. Pour les attirer, l’asbl YouthStart a lancé une campagne de pub dans le métro bruxellois : "à la recherche de rêveurs remplis de doutes". Un profil qui ne plaît peut-être pas aux employeurs mais qui a permis à ces jeunes de commencer un coaching gratuit à Bruxelles.

Devant la douzaine de jeunes en formation, une feuille blanche avec deux colonnes. La première pour ce qu’ils aiment faire, la deuxième pour ce qu’ils savent faire. Tarek, 27 ans, a bien du mal à remplir la deuxième. "Qu’as-tu mis dans la colonne de ce que tu aimais faire ?", lui demande la formatrice. "Conduire car j’ai déjà passé pas mal de temps à conduire", répond-il. "Donc tu sais conduire. Ce n’est pas rien", fait remarquer la formatrice.

Pourtant le jeune homme a plusieurs cordes à son arc. "Mais j’ai du mal à me vendre et à parler de moi-même, répond le jeune homme. Après un an de recherche d’emploi, Tarek est démotivé. "Essuyer refus sur refus, ça commence à peser sur le moral… du coup, on arrête de chercher", explique Tarek.

Aller chercher les talents là on croit qu’il n’y en a pas, c 'est l’objectif de Sibylle Humblet, leur formatrice. Elle les pousse à imaginer leur entreprise… pas forcément pour qu’ils deviennent entrepreneur mais pour qu’ils se projettent dans un avenir qu’ils aiment. "De toutes ces compétences, de toutes ces qualités, de toute une réflexion qu’ils vont faire sur la mécanique de créer un projet d’entreprise, on va les faire se rendre compte que ce sont les mêmes mécanismes qu’ils utilisent dans la vie de tous les jours."

84% de réussite

Résultat : 84% des jeunes qui sont passés par cette formation trouvent un emploi ou reprennent des études. Parmi eux, Nancy. Elle vend aujourd’hui des vêtements à Anderlecht. Elle a imaginé des kimonos en wax. C’est cette bonne idée qui l’a menée jusque-là. "Je ne pensais pas créer un jour un défilé de mode, j’en ai fait un. Je ne pensais pas trouver un emploi en me présentant en tant que créatrice de mode… et j’ai été choisie grâce à cela."

Quelque 800 jeunes ont ainsi été épaulés en 2018. L’objectif : en prendre 2000 en charge dans deux ans. Pour participer à ces formations, il fallait auparavant être inscrit au CPAS ou à d’autres types d’institution de mise à l’emploi. Aujourd’hui, les formations s’ouvrent à tous ceux qui le souhaitent. Il est possible de s’inscrire sur www.reveurs.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK