Uplace, le projet de centre commercial en périphérie, verra-t-il le jour?

60 000 m² de commerces, un cinéma, un hôtel… doivent pousser à Machelen, en bordure du Ring. Mais les problèmes s'accumulent. En Flandre, l'opposition politique est de plus en plus forte. Et au niveau juridique, une série d'avis négatifs s'empilent. Mercredi encore, le Conseil d’État a remis un avis critique.

Le centre commercial a besoin de trois permis pour pousser: urbanisme, environnement et économie. Aujourd'hui, ces permis sont en suspens. Ils ne pourront être délivrés qu'une fois que le gouvernement flamand aura adopté un plan bien plus général: une carte des priorités pour toute la périphérie bruxelloise, qui fixe par exemple où il peut y avoir du bureau et certaines garanties pour la mobilité.

A l’heure actuelle, ce plan est rédigé, mais le Conseil d’État vient de le critiquer sérieusement, entre autres en ce qui concerne certaines garanties en matière de mobilité.

Il ne s’agit que d’un avis du Conseil d’État, pas encore de l'arrêt définitif. Et on sait qu’un avis n'est pas contraignant mais il renforce quand même l'opposition à Uplace. Ceux qui multiplient les recours en justice vont s'appuyer sur ces critiques. Et les opposants politiques aussi. Or, ils sont de plus en plus nombreux, y compris au sein du gouvernement flamand qui, avant, était unanime pour soutenir Uplace, mais maintenant est divisé.

Dans les semaines à venir, si le Conseil d’État confirme ses critiques dans un arrêt, les promoteurs de Uplace pourraient perdre des soutiens politiques indispensables à la naissance de leur centre commercial.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK