Une partie d'examen annulée à l'ULB : le corrigé se trouvait sur la copie

Illustration
Illustration - © Tous droits réservés

Couac lors d'un examen qui s'est tenu lundi à l'ULB.  Examen de philosophie pour les premières Bac Droit et Psycho. Une fois les copies distribuées, il est apparu que sur certaines d'entre-elles, le corrigé des questions était également imprimé. Résultat : la professeure a annulé 6 questions. Ce qui n'a pas manqué de frustrer les 850 étudiants qui passaient l'épreuve.

C'est un étudiant qui s'en est le premier rendu compte. En lisant sa copie, quelle ne fut pas surprise de voir les questions et les réponses sur la même feuille. Il alerte alors la professeure qui tranche en faveur de l'annulation de cette partie de l'examen. Dans l'auditoire, les mines se ferment. Cet autre étudiant qui préfère rester anonyme se sent lésé: "Moi j’étais dégoûté. Mais comme la plupart des gens, on a gardé notre calme parce que ce n’était pas la première fois que cela arrive lors d’un examen. Cela dit, c’était difficile car ces questions valaient quand même pour un quart des points de l’examen. Et c’étaient des questions qui nous permettaient d'obtenir la moyenne parce qu’elles n’étaient pas difficiles. "

L'examen sera finalement coté sur 14 au lieu de 20. Cet étudiant le déplore et demande à ce que les professeurs fassent preuve d'autant de rigueur que celle qu’on leur demande à eux au quotidien.  "Nous, on ne demande pas que ce soit facile ou difficile on demande juste que l’examen soit équilibré. Et c’est pour ça qu’on a interpellé les médias. C’est pour sensibiliser l’ULB et les profs. Qu’ils relisent leur copie avant de nous la soumettre. On veut juste que tout soit correct et qu'il n'y ait pas une magouille qui intervienne comme ça en plein examen."

Erreur humaine

Il ne s’agit pas de magouille pour l’ULB, juste d’une erreur humaine. "Pourquoi les correctifs sont arrivés? On ne le sait pas, explique Nicolas Dassonville, le porte-parole de l’ULB. Le Doyen va mener une petite enquête interne pour le déterminer et pour s’assurer que cela ne se reproduise plus. Mais c’est très probablement une erreur humaine. Erreur liée à la surcharge en cette période d’examen. Je crois que c’est aussi un des effets du sous-financement de l’enseignement supérieur. Le fait d’avoir moins d’assistants qui aident les professeurs. Avoir moins de personnel dans les secrétariats facultaires peut également amener une augmentation de ce genre d’erreur."

C'est tout de même la troisième fois que cela se produit cette année en première Bac Droit. Un malheureux concours de circonstances dit l'ULB. Le problème sera toutefois évoqué en conseil facultaire à la fin de ce mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK