Un premier test pour recycler les eaux souterraines pompées des chantiers à Bruxelles

Chantier à Tour et Taxis, Bruxelles
Chantier à Tour et Taxis, Bruxelles - © NILS QUINTELIER - BELGA

Le projet Opensource. Brussels, une initiative citoyenne, a présenté jeudi un premier test sur le chantier du site de Tour & Taxis, qui consiste à ne plus déverser dans les égouts les eaux souterraines pompées mais à les mettre directement à disposition d’autres services. Divers services régionaux et communaux s’occupent d’extraire – pour l’instant gratuitement – ces eaux.

Les eaux souterraines relativement pures, pompées sur de nombreux sites de construction à Bruxelles, disparaissent normalement dans le réseau d’égout. Elles sont ensuite redirigées vers une station d’épuration pour y être purifiées. Les initiateurs d’Openource. Brussels veulent changer cette situation qu’ils jugent absurde.

Lors du test, des véhicules de la STIB, de Bruxelles-Propreté et diverses communes de Bruxelles, entre autres, ont capté les eaux souterraines, car ils utilisent normalement de l’eau du robinet pour remplir leurs réservoirs.

"Des centaines de mètres cubes d’eaux souterraines disparaissent chaque jour dans les égouts. Nous souhaitons proposer une solution écologique", explique le responsable du projet, Yoeri Bellemans.

Un autre facteur explique également cette initiative. "A partir de janvier, les responsables de chantiers devront payer 0,55 centime par mètre cube pour rejeter leurs eaux souterraines dans le réseau d’égout", selon M. Bellemans.

Il s’agissait d’un premier test pour Opensource. Brussels. L’organisme continue à chercher des partenaires et espère recevoir des subventions de la région bruxelloise à cet effet. À partir de janvier, l’initiative citoyenne souhaite construire un prototype d’unité de distribution d’eau et développer une application permettant de déterminer les emplacements des eaux souterraines.