Un ex-candidat du parti Islam à Woluwe-Saint-Lambert condamné pour menaces de mort

Il ambitionnait de se présenter aux élections communales de 2018 à Woluwe-Saint-Lambert comme tête de liste du parti Islam. Finalement, Philippe Latteur a jeté l'éponge avant le scrutin, faute d'avoir rassemblé les signatures d'électeurs nécessaires au dépôt de sa liste. Il avait malgré tout animé - négativement - la campagne électorale en menaçant de s'en prendre à plusieurs personnes, dont des candidats de la liste MR+ emmenée par Amélie Pans. 

Condamnation à des travaux d'intérêt général

Celle-ci avait déposé plainte en août 2018 contre Philippe Latteur, qui fut inculpé de menaces écrites d'un attentat criminel, de cyber-harcèlement et de port d'arme prohibé. Des préventions déclarées établies par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Dans un jugement du 27 janvier, le tribunal condamne l'homme de 54 ans à une peine de 240 heures de travaux d'intérêt général (ou un an d'emprisonnement en cas de non exécution) et à dix ans d'interdiction d'exercice de ses droits civils et politiques. Lors du procès, Philippe Latteur avait reconnu les faits tout en les minimisant fortement, ne semblant pas prendre conscience de leur gravité. 

La peine se complète d'une amende de 4000 euros. Au civil, la demande de la tête de liste MR+ Amélie Pans est déclarée recevable et fondée. Le tribunal lui octroie une somme de 5000 euros pour indemniser son préjudice moral et 250 euros pour frais administratifs. 

"Une décision forte", pour Amélie Pans

Le jugement satisfait la partie civile, Amélie Pans, conseillère communale MR à Woluwe-Saint-Lambert. Elle se dit "un peu étonnée" par le caractère fort de la décision. "Lutter contre le cyber-harcèlement et les menaces en ligne est important parce que les gens pensent que porter plainte est inutile. Après ma plainte, ce monsieur a continué à proférer des menaces à mon égard, m'imputant la responsabilité de ne pas avoir pu se présenter aux élections communales. Il fallait vraiment prendre ça au sérieux. Il a quand même réussi à se présenter aux régionales (en tant que seul candidat sur la liste be@eu, ndlr) et à récolter 357 voix. Donc, c'est important qu'il ne puisse plus se présenter aux élections pendant 10 ans. Etre protégé derrière son écran d'ordinateur ne donne pas tous les droits", conclut Amélie Pans. 

Philippe Latteur nous a fait part de son intention de faire appel de sa condamnation. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK