Un candidat MR de Saint-Josse témoigne : "Emir Kir a menacé l'emploi de mon épouse"

Halit Akkas dénonce une tentative d'intimidation d'Emir Kir
Halit Akkas dénonce une tentative d'intimidation d'Emir Kir - © Rtbf

Halit Akkas figure en septième position sur la liste MR de Saint-Josse-ten-Noode. Il a failli s'en retirer après un entretien, le 23 août dernier, dans le bureau d'Emir Kir, bourgmestre (PS) de la plus petite commune de Bruxelles. Que se sont dits les deux hommes ? Jusqu'à présent, malgré les nombreuses sollicitations, Halit Akkas n'avait pas souhaité rencontrer la presse. Il a fini par accepter de se confier ce mardi, dans un café de la place Saint-Josse. L'entrevue avec le bourgmestre a duré un peu moins de 3 heures, explique le candidat MR. Emir Kir a alterné menaces et séduction, allant jusqu'à proposer un travail de concierge ou d'éducateur de rue à Halit Akkas, actuellement au chômage.

"Si tu t'opposes à moi, je serai intraitable"

Emir Kir n'aurait pas hésité à se faire plus menaçant : "Si tu t'opposes à moi, je serai intraitable, impitoyable", aurait-il asséné. Plus grave, Emir Kir aurait également ajouté : "N'oublie pas que ta femme, elle travaille pour moi". L'épouse d'Halit Akkas travaille en effet comme gardienne de la paix à Saint-Josse depuis 18 ans. Sur un autre mode, Emir Kir aurait également agité la fibre patriotique, qualifiant de "traîtres" tous les candidats belgo-turcs se présentant contre lui dans le cadre d'une sorte de grand complot destiné à évincer le seul bourgmestre d'origine turque de la région bruxelloise.

Confronté à ces accusations de pressions et de menaces sur des candidats et des membres de leurs familles, lors du débat sur la télé régionale BX1, Emir Kir a vigoureusement nié. "Quand on n'a plus rien à proposer, quand on n'a pas de programme, pas d'arguments pour aller faire campagne, il est plus facile de se poser en victime. Et donc j'invite tout qui est candidat, qui aurait des problèmes, à aller porter plainte. Quand vous portez des accusations telles que 'je suis intimidé, je suis menacé', on n'est quand même pas en Patagonie ici, on peut quand même aller à la police (...). Il faut arrêter de tout le temps jeter un écran de fumée sur cette campagne électorale."

 Laurette Onkelinx soutient Emir Kir

L'attitude d'Emir Kir commence à indisposer jusque dans son propre camp. Sur les réseaux sociaux, un militant PS écrit : "Je suis socialiste mais si j'habitais Saint-Josse, je voterais Ecolo". 

Ce n'est pas du tout l'option défendue, on s'en doute, par la présidente de la Fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx. Elle défend Emir Kir contre les accusations de l'opposition.

"C’est le citoyen le grand perdant de ce débat ! L’opposition a tellement tiré sur la personnalité d’Emir Kir, que peu de place a été laissée pour le bilan pourtant exceptionnel de la majorité - comme par exemple les chèques-sport pour plus de 600 jeunes, la gratuité des garderies, les primes à la rénovation...  
Et trop peu de place a été laissée aux propositions en lien avec les préoccupations de la population.
Pour le reste, s’il y a des problèmes , que ce soit en provenance de militants de la majorité ou de l’opposition , il faut déposer plainte et instruire les dossiers. Je serais la première à intervenir énergiquement si faute il y avait dans le chef d'un.e socialiste.
Pour le surplus, on est dans une ambiance délétère où l’opposition lance des accusations sans preuve et des rumeurs nauséabondes.
Comme dit Victor Hugo, la rumeur est la fumée du bruit."
Cela empêche parfois de s’expliquer sur le fond des projets.
"

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK