Uccle menace Bruxelles-Ville autour de l'avenir du Bois de la Cambre

C'est la guerre entre Uccle et la Ville de Bruxelles autour du Bois de la Cambre. La Libre annonce ce matin que le bourgmestre d'Uccle menace Bruxelles-Ville d'un recours. Motif, le plan de circulation qui va être testé entre le 15 septembre et le 15 novembre pour ce Bois de la Cambre. 

La Ville de Bruxelles, qui gère l'endroit, voudrait y réduire la circulation des voitures. Le principe serait de ne laisser accessible aux voitures qu'une seule voirie du Bois : l'Avenue de Diane. Mais ce projet, le bourgmestre d'Uccle n'en veut pas ! Et il menace d'aller en justice. "On est ici dans une position tout à fait extrémiste en matière de mobilité", dénonce le MR Boris Dilliès. "Ce qui est sur la table est tout sauf raisonnable. Il suffit de regarder quels sont les impacts en matière de mobilité lorsque le Bois de la Cambre est fermé les jours de tempête par exemple, pour imaginer les conséquences que pourrait avoir le plan proposé par la Ville de Bruxelles. Les voitures qui passent aujourd'hui par là ne vont pas simplement disparaître du jour au lendemain".  

Alernatives uccloises ? 

Pour Boris Dilliès, il faut que davantage de routes restent ouvertes aux voitures dans le Bois de la Cambre. Sinon, c'est sa commune qui en subira les conséquences. "Je ne laisserai pas les Ucclois asphyxiés, tout simplement parce que la Ville de Bruxelles souhaite que le Bois devienne une zone de loisirs sur les trois-quarts de son territoire. Il faut se demander si cela a du sens, un lundi après-midi de novembre, que la grosse majorité du Bois ne soit accessible qu'aux seuls usagers des modes de transports doux. Certains ont encore besoin de la voiture pour se déplacer ou aller travailler".  

Le maïeur ucclois estime que la chaussée de Waterloo, qui longe ce Bois de la Cambre, va se retrouver complètement congestionnée, si le plan de Bruxelles-Ville est mis en place. Boris Dilliès fait donc des propositions alternatives pour ce test de mobilité qui doit se dérouler du 15 septembre au 15 novembre. 

Si ces proposition ne sont pas prise en compte, Uccle étudie les recours possibles, notamment en justice. En attendant, une nouvelle réunion avec la Ville de Bruxelles sur ce dossier est prévue début septembre. Le Bois de la Cambre avait déjà été complètement fermé au trafic automobile durant le confinement, entre mars et fin mai. Une décision qui avait déjà provoqué la colère de Uccle et d'une partie de ses commerçants. Uccle, dont le territoire longe le Bois de la Cambre, comme Ixelles et Watermael-Boitsfort, même si le Bois fait bien entièrement partie de Bruxelles-Ville qui peut donc décider, en théorie donc seule, des aménagements en ce qui le concerne. 

 

"Bruxelles : Les pistes cyclables de la discorde", reportage du JT du 14 juillet :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK