Uccle: la caserne des pompiers dans un piteux état

Uccle : la caserne des pompiers dans un piteux état
4 images
Uccle : la caserne des pompiers dans un piteux état - © RTBF

Murs délabrés, sanitaires et salles de repos sommaires, installation électrique vieillissante : le poste avancé Chênaie, à Uccle, fait peine à voir. Depuis des années que le bâtiment des pompiers se délabre, les syndicats tirent la sonnette d’alarme. Ce mardi, ils ont invité, comme en 2013, l'inspection fédérale du travail à venir se rendre compte des conditions de travail dans cette caserne qui assure les secours dans tout le sud-ouest de Bruxelles.

Huit pompiers sont en permanence présents ici. Des hommes et des femmes pour qui la cohabitation n’est pas toujours aisée en raison des infrastructures. La salle de bain du premier étage, par exemple, ne comporte aucune porte. "Voilà ce qui sert de douche, se lamente Éric Labourdette. C’est une simple tenture qui sépare du regard des gens et même de la rue. L’intimité n’est pas du tout garantie", regrette le délégué syndical SLFP.

Toilettes vétustes, salle de repos de la taille d’un placard à balais, murs défraîchis ou qui s’effritent : la suite de la visite n’infléchit pas l’impression générale que le bâtiment nécessite une rénovation en profondeur.

100 000 euros en 2017

Si le confort est rudimentaire, que dire de la sécurité ? C'est un comble pour une caserne de pompiers : l'électricité n'est pas aux normes depuis une dizaine d’années. "Les raccordements électriques ont même fait fuir un électricien il y a quelques semaines.", glisse Éric Labourdette.

Pour les syndicats des pompiers, la coupe est pleine. Leur coup de gueule avait pour but de faire réagir la Région bruxelloise. La réaction de la secrétaire d'État bruxelloise en charge du Siamu n'a pas tardé. Cécile Jodogne indique qu'un plan pluriannuel d'investissement a été adopté en décembre pour rénover les casernes bruxelloises, dont celle d’Uccle.

"100 000 euros ont été prévus dans le budget 2017 pour rénover le poste avancé Chênaie, précise Cécile Jodogne. Ce sont des travaux qui concernent à la fois l’enveloppe du bâtiment (étanchéité, châssis, etc.) mais aussi un rafraichissement important à l’intérieur du bâtiment."

Le chantier doit débuter en 2017 et se fera par phases.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK