Trisomie 21: un cours de taekwondo ouvert à tous à Molenbeek

De dos, l'entraîneur Mahmoud, supervise le cours, tandis que le second entraîneur, Ahmed (au fond), initie Sofian, 9 ans.
2 images
De dos, l'entraîneur Mahmoud, supervise le cours, tandis que le second entraîneur, Ahmed (au fond), initie Sofian, 9 ans. - © Dominique DELHALLE - RTBF

Certains jeunes font sans doute du sport durant ces vacances. Peut-être du taekwondo. Ce sport est en tout cas à la portée de tous y compris aux enfants porteurs de trisomie 21.

C'est le pari qu'a lancé, dans une salle omnisports de Molenbeek, un entraîneur de cet art martial au programme des Jeux Olympiques depuis 2000. Le taekwondo est un sport de combat, le seul qui dans sa technique autorise la frappe du pied.

À l'échauffement comme dans les premiers exercices spécifiques, Sabar, 20 ans, est aussi appliqué que la douzaine d'athlètes valides. Sa maman désespérait d'un jour l'inscrire dans un club.

"C’est la première fois qu’on trouve quelque chose. Chaque fois qu’on va quelque part, dès qu’ils savent qu'il s'agit de trisomie 21, ils ne veulent pas", confie-t-elle.

"Inculquer de bonnes bases à nos jeunes"

Alors pourquoi ces portes-ci se sont-elles ouvertes ? Mahmoud Alayyan est entraîneur de taekwondo, ceinture noire 2ème dan. Sa sœur est polyhandicapée. Il souhaite aider d'autres jeunes : "C’est inculquer de bonnes bases à nos jeunes et pouvoir leur dire 'On a des enfants, il y a des personnes qui sont trisomiques, avec un certain handicap, il faut pouvoir les aider'. Et ça pourrait avoir un impact dans le futur".

Le mur du fond de cette salle est un large miroir. Sabar contrôle ses gestes, ses positions. Il se fond sans le groupe. "Il faut se respecter les uns les autres", explique le jeune homme qui avait auparavant déjà fait "du chant, de la danse". Le taekwondo lui plait, mais, admet-il, il est "un peu timide".

Le souhait de l'entraîneur de taekwondo est d'attirer d'autres trisomiques 21, en plein accord avec les assistants sociaux et sous la tutelle de la fédération.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK