Transports bruxellois au ralenti: comment s'organisent les usagers après 19h?

Depuis les attentats, les transports en commun bruxellois tournent au ralenti. Près de la moitié des stations sont fermées et les métros ne roulent qu'à partir de 7h00. Et, surtout, ils s'arrêtent à 19h00 (contre minuit en temps normal). "Ce sont les consignes de sécurité", explique la STIB. La société de transport doit attendre le feu vert du Conseil National de Sécurité pour revenir à la normale. Une réunion aura lieu dans quelques jours.

En attendant, comment les usagers s'organisent-ils ? Passé 19h, certains navetteurs ont opté pour le taxi. C'est le cas de Gertrude. Vu ses horaires de travail, cette aide-soignante n'a guère le choix. "Je commence mon boulot de 16h à 20h. Je n’aurai plus le train ou le métro pour rentrer chez moi. Donc, soit je prends le taxi ou mon compagnon vient me chercher."

L'activité des compagnies de taxis a donc augmenté: entre 10 et 15 %, selon Michel Petre qui dirige la plus importante d’entre elles à Bruxelles. "Il y a par contre une diminution des courses vers l’aéroport. Je pense que les deux phénomènes se compensent l’un l’autre pour qu’il y ait une certaine stabilité de l’activité à Bruxelles."

Du côté d'Uber, on nous dit ne pas transporter plus de personnes qu'habituellement après 19h. La STIB affirme que ses bus et trams en surface ne sont pas non plus pris d'assaut le soir. Gertrude le confirme : "Franchement, c’est calme. Il y a moins de monde."

Bref, volonté d'économies ou crainte post-attentat... Il suffit de mettre le nez dehors pour voir que beaucoup de personnes marchent. D'autres ont ressorti les vélos. Le retour du beau temps y est sans doute aussi pour quelque chose.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK