Test-Achats voudrait que les automobilistes paient leur stationnement de manière plus juste

L'abandon des pièces pour payer le parcmètre est prévu pour 2020.
L'abandon des pièces pour payer le parcmètre est prévu pour 2020. - © Belga

L'association de défense des consommateurs estime qu'actuellement les automobilistes mettent souvent trop d'argent dans les horodateurs afin de ne pas recevoir d'amende.

Pour Test-Achats, le paiement par sms serait une solution à ce problème. Schaerbeek et Anderlecht utilisent déjà ce système.

Le but, c'est aussi d'abandonner le paiement en liquide.

L’idée fait son chemin petit à petit. "C’est une bonne idée parce qu’on ne paierait que les minutes de présence. C’est un gain de temps, c’est plus pratique aussi. Sauf que je crois qu’à Schaerbeek, il y en a avec sms et chaque fois mon sms me revient avec une erreur."

Schaerbeek utilise ce système depuis six ans environ maintenant. Pour Bernard Clerfayt, le bourgmestre, le bilan est positif. "Je pense que c’est une très bonne chose sans doute de l’étendre ou de l’élargir sur un territoire plus grand. Si seule une commune a un tel système, pour les gens qui voyagent beaucoup, s’ils vont sur plusieurs territoires de plusieurs communes, ils doivent chaque fois se réinscrire et donc c’est parfois une inscription inutile si chaque commune a un système différent."

Même son de cloche du côté des entreprises actives dans le secteur du parking : elles plaident aussi pour l'abandon de l'argent liquide pour les horodateurs. "Question de sécurité et puis question d’être conforme avec son époque, nous répond Thomas Bimson, président de la Fédération belge du Stationnement. De sécurité, parce qu’effectivement pour des très petits montants, on constate régulièrement des déprédations aux horodateurs. Et puis, qui n’a pas aujourd’hui soit un smartphone, soit une carte bancaire qu’elle soit de crédit ou de débit ?"

L'abandon des pièces pour payer le parcmètre se fera progressivement. Il est prévu pour 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK