Stade national: Ghelamco ne veut pas jeter l'éponge, pression ou coup de bluff ?

L'une des maquettes de ce qu'aurait dû être le futur stade national sur le parking C du plateau du Heysel.
L'une des maquettes de ce qu'aurait dû être le futur stade national sur le parking C du plateau du Heysel. - © Belga

Le promoteur flamand veut construire le stade national de football sur le site du Parking C. Et il menace la Ville de Bruxelles, désireuse de mettre un terme au bail emphytéotique : attention aux lourdes conséquences, prévient Ghelamco. C'est donc le bras-de-fer.

Il ne reste plus grand monde pour croire au projet de stade national sur le Parking C du plateau du Heysel. La région flamande n'en a jamais voulu ; le Sporting d'Anderlecht version Marc Coucke ne semble plus du tout intéressé ; et la Ville de Bruxelles ne nourrit plus aucune illusion. Pour preuve, la Ville compte annuler le bail emphytéotique concédé au promoteur Ghelamco.

Une "décision irréfléchie", menace Ghelamco

Mais Ghelamco ne veut pas jeter l'éponge. Le constructeur se déclare surpris de la décision de la Ville de Bruxelles. Et il met en garde contre les lourdes conséquences pour le contribuable de ce qu'il nomme "une décision irréfléchie".

Ghelamco considère en effet comme surmontables les obstacles à la construction du stade et demande à Bruxelles de se conformer aux accords conclus.

Ghelamco y croit-il vraiment ? Ou s'agit-il d'une manière de faire pression pour obtenir le meilleur dédommagement possible ? Un beau casse-tête en perspective pour les avocats de toutes les parties concernées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK