Stade national : de nouvelles dépenses publiques qui passent mal

Stade national : de nouvelles dépenses publiques qui passent mal
Stade national : de nouvelles dépenses publiques qui passent mal - © Tous droits réservés

Le Conseil communal de la Ville de Bruxelles se réunit ce lundi soir. A l'ordre du jour, notamment, le vote de l'ajustement budgétaire 2015. Dans ce document qui reprend les dépenses supplémentaires par rapport au budget initialement prévu, il y a des postes qui irritent fortement l'opposition Ecolo. Cela concerne à nouveau le futur stade national.

Ainsi, sont budgétés 706 000 euros pour une mission d'études urbanistiques, une dépense non-planifiée dans le budget initial. 413 000 euros supplémentaires de frais d'avocats apparaissent également dans le document soumis au vote des conseillers communaux. Mais la cerise sur le gâteau, selon les Ecolo, ce sont ces cinq millions d'euros inscrits pour constituer une société qui sera chargée de la gestion du site du parking C, où doit être construit le stade.

"En 2014, analyse la cheffe de groupe Marie Nagy, on est parti d’un discours où le stade n’allait rien couter aux pouvoirs publics, et nous sommes aujourd’hui à un ajustement budgétaire 2015 qui nous amène à un total de dépenses de près de 8 millions d’euros."

Une "spirale financière"

Ce qu'Ecolo déplore, c'est en quelque sorte une politique du fait accompli, des factures qui s'ajoutent les unes autres sans avoir été planifiées. "La question qu’Ecolo se pose, c’est de savoir où nous mène cette spirale financière. Est-ce que quelqu’un peut nous dire combien, en définitive, va couter ce stade aux contribuables bruxellois ?" interroge Marie Nagy.

Alain Courtois n'a pas souhaité réagir et réserve sa réponse au Conseil communal. L'échevin des sports MR s'en tient à sa ligne de défense. Aucun argent public ne sera investi dans les murs du stade, mais il est logique, dit-il, que la Ville mette la main au portefeuille pour les études préalables et l'encadrement du projet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK