Six candidats locataires arnaqués par une fausse propriétaire à Etterbeek

Imaginez une jeune femme dans la trentaine, mère de deux enfants, connue dans son immeuble du quartier de la Chasse, à Etterbeek, comme une personne calme et aimable. Et du jour au lendemain ou presque, elle disparaît sans laisser d'adresse. Que s'est-il passé?

Une escroquerie à la location

La jeune femme, prénommée Alice, se fait passer pour la propriétaire de son logement situé au 3e étage d'un immeuble de rapport. En réalité, elle n'en est que locataire et, selon une voisine, elle a accumulé deux mois de retard dans le paiement de son loyer. Elle passe des annonces sur les réseaux sociaux pour louer son logement. Des candidats se présentent : au moins six, toujours d'après la voisine qui nous conte l'histoire. Des personnes vulnérables, à la recherche d'un logement dans des délais très courts, et qui tombent dans le panneau. 

Pour louer le bien, la fausse propriétaire exige le paiement en cash de la garantie locative et un mois de loyer d'avance. Une fois l'argent perçu, elle remet un double de la clé de l'immeuble aux candidats locataires grugés et une fausse clé de l'appartement. En une semaine, la voisine a vu ainsi défiler six personnes en détresse, se demandant pourquoi la clé qu'on leur avait remise ne parvenait pas à ouvrir le logement qu'ils avaient loué. L'arnaqueuse, bien sûr, avait entretemps joué les filles de l'air sans demander son reste. 

Des conseils de prudence

Si ce type d'escroquerie n'est heureusement pas très fréquent à Bruxelles, son modus operandi n'en est pas moins parfaitement connu. Secrétaire général du Syndicat des Locataires, José Garcia conseille la plus grande prudence lorsque plusieurs clignotants s'allument. 

"Le premier clignotant, c'est la faiblesse du loyer. Les escrocs louent des biens "en parfait état", soi-disant, à un prix défiant toute concurrence. Donc première chose à bien vérifier : est-ce que le loyer est vraiment inférieur à ceux pratiqués dans la région où se situe le bien? Deuxième chose. Posez-vous la question "est-ce que je suis vraiment obligé de signer le bail sur le champ"? En général, la réponse du propriétaire sera positive mais méfiez-vous parce que les escrocs profitent de ce besoin impérieux de logement pour abuser leur victime. Et trois, refusez, de grâce, tout paiement qui ne soit pas bancaire. Pas d'argent de la main à la main."

Une enquête en cours

La zone de police Montgomery (Etterbeek et les deux Woluwe) a été saisie de quatre plaintes de victimes et mène l'enquête pour tenter de retrouver l'autrice présumée de l'escroquerie. La différence entre le nombre de plaintes (4) et le nombre de victimes (6) peut sans doute s'expliquer par la crainte de certaines victimes de s'adresser à la police, parce qu'elles seraient en séjour illégal en Belgique, par exemple. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK