Schaerbeek: le parc Rasquinet, une prison? La commune va tenter d'y remédier

Le parc Rasquinet
Le parc Rasquinet - © Tous droits réservés

Le parc Rasquinet est un espace vert polyvalent de 40 ares (terrain multisports, bac à sable, jeux pour enfants) qui a été inauguré le 19 juin 1999. Il est situé sur l'ancien site de l'usine familiale Rasquinet (fabrication de pédales de vélos) qui a fait faillite en 1968.

Avec ses barbelés posés sur le portail d'entrée, le parc ressemble presque à une prison. La commune l'avait voulu ainsi pour lutter contre les infractions. Le parc abrite aussi des habitations et un restaurant. Il est donc fermé la nuit, mais est régulièrement visité.

Ces barbelés ne sont pas du goût des riverains. La commune, elle, cherche des solutions pour les enlever tout en assurant la sécurité à l'intérieur du parc.

Le "Guantanamo" et ses barbelés

Adam, 6 ans, découvre les fils de fer au-dessus du portail. Son animateur, Jean-Bernard, trouve que ça ressemble à une caserne militaire "Ça a une image un peu agressive, ça reste un parc pour enfants après tout... Les barbelés n’ont pas leurs places ici."

Les jeunes du quartier appellent ce parc le "Guantanamo". Pas étonnant pour François, fidèle client du restaurant situé à l’intérieur du parc: "Récemment, j’ai invité des amis à venir manger ici. Sauf qu'ils ont cherché ailleurs parce qu’ils se disaient qu'il n’est pas possible que ce restaurant soit entouré de barbelés..."

Les barbelés ont été mis en dernier recours. Pour éviter que les jeunes passent par-dessus les grilles la nuit. Avant cela, ils ouvraient les barreaux à l’aide de crics de voiture. Mais ce dispositif va être enlevé d’ici quelques semaines, selon Marc Weber (directeur de cabinet du bourgmestre de Schaerbeek). "C’est affreux, on est tout à fait d’accord. Les habitants ont rencontré plusieurs fois le bourgmestre, on cherche une solution pour empêcher ces jeunes de passer et de semer la terreur. Nous allons bien entendu mener aussi des opérations policières importantes. Qu'ils se le tiennent pour dit!"

D’ici là, une nouvelle réunion aura lieu la semaine prochaine entre le bourgmestre et les riverains pour tenter une bonne fois pour toute de régler ce problème.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK