Santé: de plus en plus de Bruxellois peinent à payer leurs factures d'hôpital

La plupart des hôpitaux bruxellois dressent le même constat: une plus grande fréquence des plans d'apurement et pour de petits montants.
La plupart des hôpitaux bruxellois dressent le même constat: une plus grande fréquence des plans d'apurement et pour de petits montants. - © Flickr

Ne plus parvenir à payer une facture suite à une hospitalisation ; demander un étalement même pour des montants de 20 euros... Un constat interpellant que dressent de plus en plus d’hôpitaux bruxellois.

La précarité sociale pose en effet pas mal de questions et pousse certains à tirer la sonnette d'alarme.

Dans ce grand hall de l'UZ Brussel (où nous nous sommes rendus), ont afflué l'an dernier 270 000 patients. 1800 parmi eux ont dû étaler le payement de leur facture. C'est 600 de plus que l'année d'avant.

L'Hôpital s'en inquiète

"Ce qui saute aux yeux, explique Edgar Eekman, porte-parole, c’est qu’on a l’impression que le montant pour lequel on demande un plan d’apurement a diminué. On constate qu’un montant de 300, 400 ou 500 euros pose problème pour un certain nombre de personnes. Il y a plus de personnes qui se disent :

Cette fois, je ne peux pas payer maintenant et tout de suite…

L'hôpital invoque une pauvreté croissante à Bruxelles qui oblige les gens à étaler ou reporter des payements, voire carrément la visite chez le médecin, ce qui peut alourdir les problèmes de santé. "Un monsieur par exemple, un couvreur, disait qu’il ne pouvait pas se permettre de trouver une solution médicale à ses problèmes d’équilibre, faute d’argent. Or, justement, vu son métier, c’est un problème sérieux ! Mais rien à faire : ce monsieur a préféré de ne pas subir une intervention médicale, sa situation financière étant trop précaire."

Ces constats sont assez généralisés. L'hôpital Saint-Jean et les Cliniques Saint-Luc ont aussi constaté une plus grande fréquence des plans d'apurement et pour de petits montants, parfois jusqu'à demander d'étaler une facture de 20 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK