Rudi Vervoort sur Herrmann-Debroux: "Nous ne sommes pas avec un ouvrage de qualité maximale"

Le ministre-président bruxellois, le socialiste Rudi Vervoort.
Le ministre-président bruxellois, le socialiste Rudi Vervoort. - © Belga

Suite aux recommandations formulées dans le cadre de la commission "tunnels", chaque pont et chaque viaduc de la capitale est passé au peigne fin. D'abord un examen visuel, qui n'avait rien donné. Puis un examen plus technique. C'est donc celui-ci qui a permis de repérer les faiblesses du béton à Herrmann-Debroux.

A ce jour, il reste d'ailleurs encore quatre ponts à examiner. Le risque d'y avoir d'autres mauvaises surprises est-il donc bien réel ?

"De toute façon, même si vous examinez un ouvrage d’art aujourd’hui, cela ne vous garantit rien à court terme, car ils peuvent se détériorer au fil du temps, répond le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. Il faut aussi dire que ces ouvrages n’ont pas tous été construits avec une qualité maximale… Herrmann-Debroux date de 1973, ce n’est pas vieux. Je pourrais même dire qu’il y a encore des ouvrages d’art datant de l’Antiquité qui tiennent encore debout, même s’ils ne supportent pas les mêmes contraintes et pressions. Tout ça pour dire que nous ne sommes pas avec ce qui se fait de mieux en termes de qualité."

Maintenant, poursuit Rudi Vervoort, "nous héritons d’une situation. Nous devons être responsables au travers des travaux que nous serons amenés à faire, et faire en sorte de maintenir ces ouvrages d’art le plus longtemps possible en vie."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK