Procès Négatif Clan: un jugement équilibré à la satisfaction de toutes les parties

Le tribunal a prononcé, une peine de 8 ans et demi de prison, deux peines de 7 ans et demi de prison, une peine de 7 ans de prison, une peine de 6 ans et demi de prison, deux peines de six ans de prison et une peine de 5 ans de prison ferme à l'encontre de 8 membres du Négatif Clan.
Le tribunal a prononcé, une peine de 8 ans et demi de prison, deux peines de 7 ans et demi de prison, une peine de 7 ans de prison, une peine de 6 ans et demi de prison, deux peines de six ans de prison et une peine de 5 ans de prison ferme à l'encontre de 8 membres du Négatif Clan. - © Tous droits réservés

Le jugement est tombé ce mercredi au tribunal correctionnel de Bruxelles pour les membres du Groupe de Rap Négatif Clan, un groupe qui à côté de son activité musicale était devenu une véritable bande urbaine. Sur le banc, 16 prévenus pour lesquels le parquet avait requis des peines sévères, jusqu'à 15 ans de prison. Le tribunal, dans un jugement long et fouillé est resté bien en deçà.

Les faits reprochés étaient lourds, viol, incitation à la débauche ou encore trafic de drogue, et les peines requises par le parquet étaient sévères, jusqu’à 15 ans de prison pour le principal leader de ce groupe de rap. Dans un jugement long de 157 pages, le tribunal s’est montré plus clément et n’a pas été au-delà de 8 ans et demi de prison.

Pour Yannick De Vlaeminck, avocat de la défense, "les peines sont en rapport avec les faits reprochés et pas extrêmement sévères comme le procureur l’avait demandé."

Souffrance de la victime

Un jugement à la baisse donc étant donné le nombre de petits faits insuffisamment prouvés. "Dans ce dossier on a voulu charger la barre et il y avait des éléments qui n’étaient pas probants par rapport aux faits reprochés" estime encore l’avocat.

L’équilibre voulu par le président Bostyn se retrouve aussi dans la satisfaction de Philippe Lardinois, avocat de la partie civile: "Ce jugement est un vrai soulagement, parce que la souffrance de la victime a été reconnue, la prévention de viol a été considérée comme établie, et c’était pour elle l’essentiel."

Une satisfaction également devant un jugement long fouillé, et détaillé admet l’avocat : "Un jugement proportionné aussi, qui est allé dans les détails du dossier et qui fait la part des choses entre ce qui est considéré comme établi et ce qui ne l’est pas."

Manifestement si appel il y a, il devrait venir plutôt du côté du parquet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK