Pétition de classement déposée pour la place du Jeu de Balle

Les brocanteurs aussi craingnent de voir leur activité quotidienne menacée.
3 images
Les brocanteurs aussi craingnent de voir leur activité quotidienne menacée. - © Tous droits réservés

Les riverains de la place du Jeu de Balle repassent à l’offensive. Pour faire arrêter le projet de parking sous-terrain au Jeu de Balle, une pétition de classement a été déposée ce mardi à la Région bruxelloise. L'idée? Faire classer la place elle-même, mais aussi l’ancienne caserne des pompiers, l’abri anti-aérien qui se trouve sous la place, l’église toute proche et d’autres bâtiments encore. Tout cela pour empêcher le projet de parking d’aboutir.

Comme tous les jours au marché aux puces, place du jeu de Balle, ça observe, ça discute les prix. Ce mardi 20 janvier, les pavés foulés par les passants et les brocanteurs pourraient peut-être devenir monument classé. C’est en tout cas le souhait de Gwenaël Breës, habitant du quartier. La question de cette place, ni préservée ni classée, était sur toutes les lèvres lorsque la nouvelle du projet de parking sous-terrain a été diffusée.

L'association Plateforme Marolles a donc fait appel, règles obligent, à une asbl spécialisée: Pétitions-Patrimoine.

 

L’ancienne caserne, mais aussi, l’église de l’Immaculée Conception ainsi que d'autres bâtiments de style néoclassique sont concernés par la demande. Antoine Boucher, de l'asbl Pétitions et Patrimoine: "Le gouvernement bruxellois va maintenant demander son avis à la Commission Royale des Monuments et Sites et à d’autres acteurs, au choix (la ville, les riverains, les classes moyennes,…). Une synthèse sera faite, sur base de laquelle la Région rendra un avis."

Rien n’oblige en effet la ville à ouvrir une procédure de classement pour ces bâtiments. Pour arrêter le projet de parking, reste donc, l’espoir. Et les recours juridiques, pas encore tout à fait épuisés.

Tweet de "@PlaceJeuDeBalle"

Et la pétition de décembre?

Il y a mois, le 18 décembre, une pétition était envoyée à l’échevine de la mobilité. 23 336 signatures en 22 jours ont été récoltées pour réclamer l’arrêt du projet de parking. Mais cette pétition, selon Gwenaël Breës, l’échevine bruxelloise "l’a gentiment prise, mais on n’a pas eu de nouvelles. La pétition, la ville manifestement n’en n’a pas fait grand cas. Il n’y a jamais eu aucune suite. L’échevine déclarait d’ailleures le soir même à la télévision que pour elle, ça ne changeait rien fondamentalement. De toute manière, la façon dont la ville est engagé dans ce dossier, c’est en ne tenant pas compte, à aucun moment, des habitants. En n'organisant aucune participation, aucune concertation."

Maxime Paquay

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK