Pas de cadeaux de fête des mères: la direction de l'école Singelijn menacée a porté plainte

L'école Singelijn, à Woluwe-Saint-Lambert.
L'école Singelijn, à Woluwe-Saint-Lambert. - © Google Maps

La direction de l'école Singelijn à Woluwe-Saint-Lambert qui avait suscité la controverse après avoir décidé la semaine dernière de ne plus faire confectionner de cadeaux par les enfants dans le cadre scolaire pour la fête des mères et des pères, a porté plainte après avoir reçu des mails comportant des menaces de mort et des insultes, a indiqué le parquet de Bruxelles. L'enquête visera à déterminer si les courriers contiennent des menaces concrètes qui relèvent d'infraction pénales ou s'il s'agit uniquement d'injures et de propos inappropriés.

Dominique Paquot, le directeur de l'école Singelijn, a expliqué lundi avoir reçu quelque 250 mails d'insultes et de menace depuis qu'il a fait part de la décision de l'ensemble de l'école pédagogique de ne plus faire faire de cadeaux par les enfants dans le cadre scolaire pour la fête des pères et des mères. "J'ai reçu des mails de menaces physiques à mon encontre mais également un courrier où il était question d'incendier l'école", a-t-il indiqué, précisant être atterré par la dimension que prenait une décision anodine.

Le directeur de l'établissement a expliqué que la décision n'a pas été prise à la légère mais qu'elle est le fruit d'une réflexion de deux ans. Ses classes sont composées de familles hétérogènes : monoparentales, parents décédés, parents qui ne voient plus leurs enfants, couples homosexuels... La confection des cadeaux pouvait donc générer des souffrances chez certains enfants.

Deux plaintes

Une première plainte a été déposée dimanche car tout au long du week-end, le directeur de l'école Singelijn a reçu plus de 250 mails et messages Facebook comportant des menaces et des insultes sur sa messagerie privée ainsi que sur celle de l'école. Si on comptabilise les mails, les messages Facebook et les réactions à des articles de presse, on arrive à des centaines de mails de cette nature dont un menaçant de mettre le feu à l'école. Dimanche, le directeur a également retrouvé une croix en bois d'un mètre de haut déposée à dessein devant l'école, et dont nous ignorons la signification", a indiqué Me Denis Bosquet, avocat de l'école Singelijn.

Une seconde plainte a été déposée après un courrier reçu ce mardi matin contenant des menaces de mort proférées à l'encontre du directeur de l'établissement et nous travaillons actuellement à la finalisation d'une troisième plainte avec constitution de partie civile en vue d'une saisine d'un juge d'instruction. Singelijn est une école à pédagogie active et il faut savoir que la plupart des écoles bruxelloises appliquant ce type de pédagogie, ont supprimé depuis longtemps les cadeaux pour la fête des mères et des pères fabriqués dans le cadre scolaire sans que cela soulève le moindre problème", a-t-il précisé.

Singelijn est de plus adossée à l'Ecole Intégrée pour enfants à déficience auditive et 2014, les deux écoles se sont vu décerner le label "Ecole des droits de l'enfant" par Plan Belgique et par le Délégué général aux droits de l'enfant. "Singelijn a une véritable volonté d'intégrer des enfants de tous milieux et en difficulté. Lui faire un procès en désintérêt vis-à-vis des enfants est tout bonnement insupportable. Il est temps à présent d'arrêter de trainer gratuitement cette école dans la boue et de laisser travailler les enfants en paix", a-t-il conclu.

 

La réaction de Dominique Paquot, le directeur de l'établissement, joint par téléphone par Barbara Boulet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir