"On a laissé le radicalisme se développer à Molenbeek"

"On n’a pas pris la juste mesure du problème", avoue la MR Françoise Schepmans.
"On n’a pas pris la juste mesure du problème", avoue la MR Françoise Schepmans. - © ERIC LALMAND - BELGA

Pourquoi le nom de Molenbeek, cette commune de la région bruxelloise, revient-il si souvent dans les affaires de terrorisme ? C'est la question qui se pose après l'attaque dans le Thalys.

On sait désormais que le tireur, Ayoub El Khazzani, a séjourné à Molenbeek. Même chose pour Mehdi Nemmouche (l'assaillant du Musée Juif), pour deux des cerveaux de la cellule démantelée à Verviers, ou encore pour l'un des instigateurs des attentats dans les trains de Madrid en 2004. Qu'y a-t-il donc dans cette commune qui attire les candidats aux gestes radicaux ?

Un "terreau favorable"

Molenbeek est une grande commune, densément peuplée (près de 100 000 habitants). "On compte beaucoup de jeunes ainsi qu’un certain nombre de quartiers en difficultés… Il y a un terreau peut-être plus favorable à une certaine radicalisation", commente la bourgmestre Françoise Schepmans (MR). Sans oublier un taux de chômage de 30% aussi, plus de 40 même chez les jeunes. Voilà pour le terreau socio-économique.

Mais ça n'explique pas tout. Des communes voisines présentent d'ailleurs le même profil. "Depuis une dizaine d’années maintenant, à Molenbeek malheureusement, il y a quelques foyers de radicalisation religieuse – pas spécialement à portée violente au départ (on pense à cheikh Bassam notamment). Malheureusement, je pense qu’on a mis le couvercle là-dessus pendant trop longtemps", estime Sarah Turine (Ecolo), échevine de la Cohésion sociale et islamologue de formation.

Molenbeek, c'est aussi une commune de passage. La population de nationalité nord-africaine y est plus importante qu'ailleurs à Bruxelles. "Quand une famille vient du Maroc, elle va rejoindre les personnes qu’elle connaît. Molenbeek est donc, plus que les autres communes, en lien avec le Maroc."

Les mosquées en cause? Plutôt ceux qui gravitent autour

Certains pointent les mosquées comme l’un des principaux facteurs de cette radicalisation, et notamment la mosquée Loqmane, décrite parfois comme un lieu radical ultra surveillé.

Pour Sarah Turine, c'est surtout aux individus qui tournent autour de ces mosquées qu'il faut prêter attention. "Je pense qu’il y a des individus qui sont plus préoccupants. Ce qu’il me revient, c’est qu’ils vont aux abords d’une mosquée et repèrent des jeunes qui sont peut-être en questionnement. Ensuite, ils vont les approcher avec un discours, au départ, qui peut être tout à fait anodin et, petit à petit, en faisant copain-copain, ils arrivent à leur insuffler des idées qui n’ont finalement plus rien à voir avec l’Islam. Des trucs complètement dingues, complètement fous, mais qui leur permettent de faire un véritable lavage de cerveau et faire en sorte que les jeunes, à un moment donné, se disent "Ah ben oui, ma place est là-bas plutôt qu’ici"…"

"On a laissé une minorité de musulmans se radicaliser"

Après avoir appris qu’Ayoub El Khazzani, l’auteur de l’attaque du Thalys, a séjourné chez sa sœur, à Molenbeek, Françoise Schepmans fait le constat suivant: "Depuis une dizaine d’années, il y a un repli religieux de la part d’une minorité dans des quartiers bien précis. On aurait dû être alerté et se poser la question, notamment qu’on a appris que les assassins du commandant Massoud avaient transité par Molenbeek… On aurait dû être plus attentif. Le politique a sa responsabilité pleinement engagée évidemment, mais aussi la police. Aujourd’hui, on a une pleine conscience de cette évolution et tous les acteurs travaillent ensemble pour lutter contre le phénomène de radicalisation violente. Ce qui n’était pas le cas avant : on n’a pas pris la juste mesure du problème et on n’a pas mis suffisamment de balises pour l’endiguer."

La bourgmestre MR reconnaît donc la responsabilité du politique et, par la même occasion, pointe en quelque sorte celle de l’ancienne majorité molenbeekoise dirigée par le socialiste Philippe Moureaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK