Notre agenda du week-end: comment la science-fiction peut améliorer notre monde

La science-fiction et ses mondes lointains et différents vont-ils sauver la Belgique et le monde ?
4 images
La science-fiction et ses mondes lointains et différents vont-ils sauver la Belgique et le monde ? - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

C'est vendredi et comme chaque vendredi, nous vous avons trouvé trois idées de sorties à petit prix à Bruxelles. Vous ne savez pas quoi faire de ce looooooooong week-end ? Et oui, nous vous rappelons que lundi c'est jour férié, avec le 11 novembre où on commémore de l'armistice de la Première Guerre Mondiale. C'est justement lundi que se déroule la première activité qu'on vous propose. Avec une question qui a de quoi interpeller : la science fiction peut-elle sauver notre économie et notre monde ?

Alors, on ne vous dit pas que les sabres lasers de Star Wars vont permettre de créer 10.000 emplois à Bruxelles ou d'arrêter le réchauffement climatique.
Mais, on n'en est pas si loin. Le principe du "sci-fi economic Lab", c'est le nom de l'événement, c'est d'inviter des personnalités qui ont écrit des livres de science-fiction. Des livres qui se passent dans mondes lointains, régis par des règles différentes. Vous nous voyez venir, le but de ces rencontre-débats, c'est de voir si ces règles de fiction pourraient être appliquées et fonctionner dans notre monde à nous, en crise.

Ce lundi, les échanges et les débats auront lieu, entre autres, avec Cory Doctorow, un auteur canadien de romans de science-fiction. "Dans ses romans, la société est organisée par petites communautés. Des communautés qui produisent ce dont elles ont elles-mêmes besoin. Mais cela ne veut pas dire qu'elles sont fermées les unes par rapport aux autres. En fait, la connaissance est globalisée. Une fois qu'une communauté découvre quelque chose, elle est solidaire et transmet ce savoir aux autres", explique Alberto Cottica, l'un des organisateur de Sci-fi economic lab.

En clair, il n'y a pas de concurrence entre ces communautés et pas vraiment non plus d'argent puisqu'il n'y a pas trop besoin d'échanger. Alors, est-ce transposable pour améliorer notre planète à nous ? Eh bien, c'est l'enjeu des débats. Vous pourrez donner votre avis lundi après-midi et en soirée dans trois lieux. D'abord à Kano, un espace de travail partagé le long du canal, près de la Porte de Ninove. Ensuite, au centre culturel des Riches-Claires, près de la Bourse et enfin, le soir, lors d'une fête prévue à la Tricoterie à Saint-Gilles. L'entrée est payante, mais pas trop chère, environ 10 euros, pour compenser les frais des organisateurs. Toutes les infos se trouvent ici

Deuxième idée : la chasse aux gaspillages d'énergie... dans les maisons des autres !

L'ASBL Ecoconso propose tout ce week-end des visites gratuites d'habitations qui viennent d'être rénovées à Bruxelles, mais rénovées avec des techniques et des matériaux écologiques. Une vingtaine de lieux sont à découvrir pour ces "portes ouvertes des Ecobâtisseurs". Sur place, vous pourrez poser toutes vos questions sur les techniques, mais aussi les primes. Tout cela pour, au final, moins consommer de gaz, de mazout ou d'électricité chez vous à l'avenir. Ce sont les propriétaires qui vous présentent directement leur démarche, il n'y a donc pas de dimensions commerciales, précise Ecoconso. Vous pouvez retrouver ici tous les détails de ces visites prévues ce week-end, mais aussi le week-end prochain.  

Ta gueule, Bruxelles !

Dernière idée de sortie, pourquoi ne pas participer à un record du monde, sous forme de défi ? Et par la même occasion, laisser votre visage à la postérité ? Puisque c'est une tentative de record du monde du plus grand nombre de portraits de visages qui se déroule en ce moment à la galerie Ravenstein, près de la Grand Place. Cela s'appelle "Ta gueule, Bruxelles" et cela se passe encore ce vendredi en matinée et samedi et dimanche après-midi. Vous êtes donc invité à vous tirer le portrait ou tirer celui d'un proche. Le but est d'arriver à faire une fresque de portraits de plus d'un kilomètre de long. Ce lundi, on était déjà à 400m. Les organiseurs fournissent sur place gratuitement le matériel de dessin. A vos crayons. Prêts ? Dessinez ! 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK