Logement: le Community Land Trust débarque à Molenbeek, une première

Des appartements de Community Land Trust Bruxelles
2 images
Des appartements de Community Land Trust Bruxelles - © rtbf.be

Un nouveau type de propriété voit le jour à Bruxelles, qui est le résultat d’une intense collaboration entre le Community Land Trust Bruxelles (CLTB) et le Fonds du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale. Il s’agit non seulement du premier projet CLT à Bruxelles, mais aussi d’une première sur le continent européen.

Neuf appartements viennent d'être vendus, mais sans le terrain. Autrement dit, les acheteurs sont propriétaires des mûrs, mais pas du sol, ce qui fait fortement diminuer le prix d'achat. L'objectif est de faciliter l'accès à la propriété pour les personnes à bas revenus.

L’originalité du modèle consiste à garantir l’accessibilité de ces logements à long terme, en limitant la plus-value sur le bien lors de la revente. "Community Land Trust" est, à l’origine, un modèle américain qui débarque donc chez nous.

Le premier immeuble de ce genre vient d'être inauguré à Molenbeek. Yasmina Benanou et sa famille emménageront d'ici quelques semaines dans leur appartement trois chambres d'une superficie 100 m² acquis pour 223 000 euros. "Je suis en fait propriétaire de mon appartement, mais je suis locataire de la superficie du sol."

On l'a dit plus haut: une astuce qui a facilité son accès à la propriété. "Ça l’a rendu complètement réalisable, sans ce projet-ci je n’aurais pas pu accéder à la propriété. Nous sommes deux à travailler. Aujourd’hui, l'un des deux revenus part complètement dans le loyer. Donc: économiser pour acheter aujourd’hui me parait quasi irréaliste et irréalisable."

Si cela a été possible, c'est donc suite à l'intervention d'une fondation d'utilité publique. Grâce à des subsides de la Région bruxelloise, le CLT (Community Land Trust Brussels, ou Alliance foncière régionale) achète des terrains sur lesquels elle bâtit des immeubles. La fondation garde ensuite la propriété du sol et revend les murs. "La différence entre la valeur du marché et le prix payé par les propriétaires varie entre 30 à 50% en moins, explique Geert De Pauw (coordinateur)." Neuf ménages bruxellois ont déjà pu profiter de ce système. Une cinquantaine d'autres appartements du genre sont en projet dans la capitale.

Pour plus d’info : www.cltb.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK