Mohamed Abdeslam viré par la commune de Molenbeek

Les autorités molenbeekoises ont finalement décidé de licencier Mohamed Abdeslam, comme l'annonçaient ce mercredi matin nos confrères de La Dernière Heure. Le frère de Salah et Brahim, tous deux impliqués dans les attentats de Paris du 13 novembre, travaillait comme fonctionnaire au service des étrangers, à l'administration communale.

Cela faisait déjà plusieurs semaines que la majorité MR-cdH-Ecolo se penchait sur le sort à réserver à Mohamed Abdeslam. Ses récentes déclarations à propos de son frère Salah ont précipité la décision du collège communal. Début avril, il avait rendu visite à Salah, en prison, et il l'avait ensuite défendu, en affirmant que celui-ci avait été manipulé, qu'il n'était pas réellement au courant des projets pour le 13 novembre, et qu'il avait sauvé des vies en renonçant à se faire exploser.

Salah Abdeslam est actuellement détenu à Bruges, soupçonné d'avoir été l'un des organisateurs des attaques à Paris. Brahim Abdeslam était l'un des trois membres du "commando des terrasses" du 13 novembre; il s'était fait exploser devant un bistrot parisien.

Pour la commune de Molenbeek, ces déclarations constituent une rupture de confiance. Le licenciement a été décidé en début de semaine. Il ne s'agit pas d'un licenciement pour faute grave. Mohamed Abdeslam a été mis au courant de la procédure, et il percevra des indemnités. Mais les autorités communales préfèrent ne pas commenter ce qu'elles considèrent comme un dossier interne.

Mohamed Abdeslam s'était mis en congé maladie, au lendemain des attentats à Paris, et il n'était plus retourné à son poste au sein de l'administration communale depuis plusieurs mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK