Mobilisation à l'ULB pour au moins 50% de cours en présentiel

Une cinquantaine d’étudiants se sont rassemblés mercredi après-midi, à compter de 14h00, sur le campus du Solbosch de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), pour demander un retour au présentiel de l’ordre de 50%, et non à hauteur de 20% selon la dernière décision en la matière du Comité de concertation. Une cinquantaine d’étudiants occupaient au même moment un auditoire de l’UCLouvain et d’autres se sont mobilisés aux facultés de Gembloux et à l’Université de Liège (ULG).

Le rassemblement a eu lieu en extérieur, devant le bâtiment des inscriptions. Les étudiants s’étaient disposés en cercle, autour des orateurs. Des discours ont été prononcés. Les distanciations sociales et le port du masque ont été respectés.

L’initiative part des étudiants, non d’une association d’étudiants. Elle vise à attirer l’attention de la ministre de l’Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles Valérie Glatigny ainsi que du gouvernement fédéral.

"On est conscient qu’on va devoir vivre avec le virus encore longtemps, mais on pourrait revenir en présentiel en respectant les restrictions sanitaires", défend Mikaël Hosseini, un étudiant ayant pris part à l’action. "A 50%, ce serait déjà un peu plus cohérent qu’aujourd’hui. Avec les 20%, cela représente environ un cours par semaine, alors autant ne pas venir du tout, surtout pour des étudiants qui viennent de loin. Cela traîne aussi à être mis en œuvre, parce que c’est compliqué… On ne veut pas que tout le monde vienne au cours en même temps, mais on pourrait créer un système hybride sur base d’un présentiel à 100%. Ce n’est pas pour obliger les étudiants à aller en cours, mais pour permettre aux étudiants qui sont en détresse psychologique, coupés du monde, d’avoir des contacts sociaux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK