Mini-Europe doit entamer les démarches en vue de la démolition du site

Mini-Europe doit entamer les démarches en vue de la démolition du site
Mini-Europe doit entamer les démarches en vue de la démolition du site - © © Belga

Mini-Europe va-t-il devoir quitter le plateau du Heysel comme prévu à la fin de l'année?  La concession qui lie Mini-Europe à la Ville de Bruxelles arrive à son terme au 31 décembre de cette année. Mais comme le projet Neo de redéploiement du plateau du Heysel a pris un peu de retard, les exploitants espèrent pouvoir rester encore quelques temps. Cela dit, ils doivent se préparer à plier bagage.

Mini-Europe va introduire la semaine prochaine sa demande de permis d'urbanisme pour démolir le site qui accueille des répliques miniatures de bâtiments européens emblématiques. La Ville de Bruxelles via Brussels Expo, qui gère une bonne partie du plateau du Heysel, lui en a fait la demande expresse il y a quelques semaines. Mais paradoxalement, Thierry Meeus, le patron de Mini-Europe poursuit ses investissements. C'est qu'il espère ne pas devoir quitter les lieux si vite.

D'abord parce que le projet Neo a pris du retard à cause de recours introduits par des riverains. Ensuite parce que la dernière mouture de Neo prévoit un espace pour un parc d'attraction du même type que Mini-Europe. Il n'est donc pas exclu que Mini-Europe soit intégré au projet.

Les négociations avec Unibail-Rodamco qui a empoché le marché Neo 1 sont toujours en cours. Officiellement, la Ville de Bruxelles souhaite que ces négociations aboutissent rapidement pour assurer la pérennité d'une des attractions les plus populaires de la Capitale. La Ville qui va rencontrer Thierry Meeus dans les jours qui viennent, précisément pour évoquer l'avenir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK