Métro Nord: "l'obsession du gouvernement bruxellois", selon Céline Delforge (Ecolo)

Pour l'écolo Céline Delforge, le Gouvernement Bruxellois se trompe de priorité en choisissant d'étendre le métro au nord de Bruxelles
Pour l'écolo Céline Delforge, le Gouvernement Bruxellois se trompe de priorité en choisissant d'étendre le métro au nord de Bruxelles - © RTBF

L'Ecolo Céline Delforge, députée bruxelloise dans l'opposition, critique vertement les choix annoncés dimanche par le gouvernement bruxellois en matière de mobilité. En abandonnant certains projets pour payer l'extension du métro vers le nord de Bruxelles, le gouvernement se trompe, estime la députée.

Le métro nord, une "obsession"

Pour Céline Delforge, le gouvernement bruxellois est obsédé par l'idée d'étendre le métro vers le nord, en dépit du bon sens: "Il y a quelque chose de dogmatique là-dedans, alors que tous les experts en mobilité disent aujourd'hui 'c'est fini les gros investissements, il faut valoriser l'existant!' Ici, on fait exactement le contraire."

Comme amener le métro vers Schaerbeek et Evere coûte très cher, d'autres projets pourtant annoncés passent à la trappe: un tram ne remplacera pas les bus 71 bondés qui desservent le centre, Flagey et l'ULB. L'automatisation du métro (des métros sans conducteur) est reportée. Le métro ne sera pas prolongé d'une station jusqu'au futur Stade national du Heysel.

"Le budget a tellement explosé avant même les premiers coups de pelle pour faire 5 km de métro en plus vers le nord, qu'il n'y a déjà plus d'argent pour améliorer les infrastructures existantes" commente l'élue Ecolo. "Et ces infrastructures existantes, c'est entre autres le métro actuel, saturé à certains endroits. Un des rares moyens d'augmenter sa capacité, ç'aurait été d'automatiser la conduite du métro".

Céline Delforge en est convaincue: "Le métro Nord n'est pas indispensable à Bruxelles. On sait bien qu'en contrepartie du métro, on supprimera un tram et des arrêts en surface. Donc pour tous les gens à mobilité réduite, qui ne peuvent pas marcher 500 mètres, ça va être un problème. Le gouvernement bruxellois fait le choix de privilégier un gros flux qui ne répondra qu'aux heures de pointe au détriment du maillage, donc de la proximité. Il y a d'autres modèles, d'autres philosophies de réseau. Ici, on fait le choix du plus coûteux."

L'occasion manquée du tram 71

Autre renoncement inadéquat aux yeux de la députée bruxelloise: l'abandon du projet de ligne de tram, en lieu et place du bus 71. Une ligne très fréquentée, dont les bus sont perpétuellement bondés et englués dans le trafic d'Ixelles et du centre ville.

"Le bus ne permet pas d'absorber assez de voyageurs, surtout quand il n'y a pas de site propre. C'est un fait, en mobilité, il y a un moment où il faut passer au tram parce qu'on y embarque plus facilement, on y met plus de monde, le tram avance plus vite et il est plus étroit donc se faufile mieux dans le trafic".

Quand à l'éventualité de modifier le tracé de la ligne, "c'est le tracé qui fait le succès de ce bus, un nouveau parcours risque de ne plus correspondre aux besoins des usagers."

Pour Ecolo, le gouvernement bruxellois se trompe tout simplement de priorités.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK