Manifestation: le point sur les perturbations en Wallonie

Une grosse manifestation est prévue à Bruxelles ce mardi, un rassemblement en front commun pour protester contre le gouvernement fédéral, et contre la réforme du travail surtout. Ce n’est donc pas une grève mais une grande mobilisation, qui a des conséquences un peu partout en Wallonie notamment.

Hainaut

"Les écoles seront ouvertes. Dans les hôpitaux, il y aura moins de personnel mais les services seront néanmoins assurés, explique Chantal Doffiny, la secrétaire fédéral de la CSC Charleroi. Au niveau des commerces, certains iront manifester. Conséquences : certaines ouvertures seront perturbées ou une partie du personnel sera manquante. Et dans les administrations communales, il y aura aussi beaucoup de perturbations."

A l'aéroport de Charleroi, les choses se passent mieux que prévu : les agents de sécurité avaient annoncé faire grève ce mardi matin, mais 6 lignes de contrôles de sécurité sur 8 fonctionnent. Il n'y a donc pas de retard dans les départs d'avion.

Dans les transports en commun, les trains roulent (puisqu'ils amènent les manifestants à la capitale). Par contre, il y a peu de bus ce matin. Seuls 5% des chauffeurs ont pris le départ à La Louvière ; 15% des bus roulent dans le Borinage (Eugies) ; 10% des conducteurs TEC sont au volant dans la région de Mons, de même qu’à Charleroi.

A Charleroi justement, la régularité des passages du métro est quelque peu impactée par le mouvement : 20% des services sont assurés. Sur la ligne de Gilly, il est réduit à un métro toutes les vingt minutes, pour un passage toutes les 45 minutes sur la ligne de Gosselies, et un métro par heure sur la ligne de Fontaine-l'Evêque. Enfin, 12,4% des bus sont sortis des dépôts: huit seulement ont quitté le dépôt Genson, et 18 sur 50 le dépôt de Jumet. Aucun bus n'est sorti du dépôt de Nalinnes.

En revanche, à Mons, les TEC ont pris les devants pour que les navettes "Doudou" soient assurées. Celles qui vont du parking de délestage au Grand Large et amènent les gens (au feu d'artifice notamment). Le personnel non gréviste a été affecté en priorité à ces lignes-là.

A Tournai, 60% des bus roulent, puisqu'une partie des lignes sont assurées par des privés.

La mobilisation hennuyère s'annonce quand même importante. Dans la région de Tournai, les syndicats attendent plusieurs milliers de manifestants au départ des grosses gares. Le plus gros départ se fera de la gare de Tournai.

Pour les services publics, ce seraient les administrations de Tournai, Ath et Peruwelz où il y a le plus de grévistes.

Les syndicats nous signalent aussi la participation de policiers à ce mouvement de contestation. Et notamment la police de la route, ce qui est en soi assez rare. Les parcs à conteneurs seront tous fermés dans toute la zone Ipalle.

Grosse participation annoncée aussi aux départs des gares de Mons et Saint-Ghislain ; mais aucune action n’est prévue sur le terrain montois (aucun blocacage). Les grévistes se concentrent sur la manif.

Dans les écoles il y a eu des appels à la mobilisation des enseignants mais les examens commençant de plus en plus tôt, il n’est pas sûr que ce sera bien suivi.

Namur et Brabant wallon

En région namuroise, 55% des chauffeurs sont en grève ce matin. Le réseau est donc fortement perturbé. Même constat dans la région de Nivelles, où seul 1/3 des chauffeurs ont pris leur service. Cela roule mieux du côté de Chastres (90% des trajets assurés) et à Jodoigne (75% des trajets assurés).

Les administrations, les entreprises vont également tourner au ralenti. Les syndicats annoncent la présence d'environ 1500 militants namurois et de près de 5000 brabançons. La plupart des manifestants se rendront à Bruxelles par le rail.

D’ailleurs, les trains roulent normalement ce matin. Il y a même des liaisons supplémentaires prévues pour acheminer tout le monde vers la capitale. Quelques cars ont aussi été affrétés : 4 cars de la FGTB partiront de Beauraing, Florennes, Jemeppe et de Beez avant 9h00.

2 images
Une délégation de "métallos" namurois sur le départ ce mardi matin. © RTBF

Liège

Au TEC Liège-Verviers, la situation varie évidemment d'un dépôt à l'autre. Aucun bus ne circule depuis Omal, Bassenge, Wanze et Verlaine. Seulement 9% des bus sortent au départ des dépôts de Robermont et de Jemeppe. Un bus sur trois circule depuis Verviers et près de sept bus sur dix depuis Eupen. La priorité est mise sur la ligne 48, qui dessert le campus de l'Université de Liège avec un fichier spécial disponible sur le site infotec. Les navettes privées à l'initiative de ProduWeb n'ont finalement pas été bloquées.

En revanche, les trains circulent tout à fait normalement : 8 convois spéciaux ont même été affrétés par la SNCB pour amener les manifestants à Bruxelles, dont 2 au départ de la gare de Guillemins. Au total, 35 000 billets ont été vendus.

Beaucoup de participants comptent également se rendre dans la capitale en car. A titre d'exemple, la CSC Liège/Huy/Waremme en a prévu 20, au départ de Huy, Villers-le Bouillet et Liège.

Dans les administrations, sachez par exemple que toutes les mairies de quartier à Liège resteront portes closes, excepté celle des Guillemins.

La distribution du courrier sera également perturbée. Les gardiens de prisons, qui en sont à leur cinquième semaine de grève, se rendront sans doute aussi en nombre à Bruxelles.

Enfin, beaucoup de grosses entreprises de la région (FN, ArcelorMittal, Prayon) fonctionneront au ralenti. Safran Aéro Booster, l'ex-Techspace Aéro, sera même totalement à l'arrêt : les 1500 travailleurs sont en effet en grève pour une durée de 24h00.

Flandre

Les services de la société de transports en commun De Lijn sont également affectés par la manifestation en front commun. Anvers enregistre les plus fortes perturbations avec très peu de bus et trams en circulation mardi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK