Retour aux élections à Linkebeek? Pas forcément une solution

Le MR Damien Thiéry sera-t-il à nouveau proposé comme Bourgmestre de Linkebeek, après ce retour aux urnes?
Le MR Damien Thiéry sera-t-il à nouveau proposé comme Bourgmestre de Linkebeek, après ce retour aux urnes? - © OLIVIER VIN - BELGA

Le politologue Jean-Paul Nassaux (CRISP) est perplexe à l'approche des élections de ce dimanche à Linkebeek, petite commune à facilités de Flandre, en périphérie bruxelloise. Un retour aux urnes ne garantit pas forcément la fin du long conflit entre la majorité communale et la Région flamande. Le vote de ce dimanche pourrait au contraire "figer la situation de conflit", estime le politologue.

Rétroactes: neuf ans de chipotage

Linkebeek attend depuis neuf ans un bourgmestre à part entière.

Depuis 2006, Damien Thiéry (alors FDF, devenu MR en 2013) est numéro 1 en voix de préférences à Linkebeek et proposé comme bourgmestre par le Conseil communal. Mais les ministres de l'intérieur successifs de la Région flamande refusent de nommer l'élu: il est jugé peu respectueux des réglementations linguistiques ("Circulaire Peeters") dans cette commune à facilités. Les convocations électorales y avaient été envoyées dans la langue de l'électeur et pas d'emblée en Néerlandais, en 2006 comme en 2012.

Abusif, estime la Flandre.

Un droit des francophones en commune à facilités, réplique Damien Thiéry.

De 2006 à 2012, la commune et le Région flamande se sont livrés à une partie de bras de fer. Pendant ce temps-là, Damien Thiéry, appelé "bourgmestre non-nommé", avait de facto en mains les rênes de la commune. Mais depuis 2012, le conflit s'est envenimé. La Ministre flamande de l'Intérieur Liesbeth Homans (N-VA) en est arrivée à désigner quelqu'un d'autre pour enfiler l'écharpe, d'abord un colistier de Damien Thiéry (refus), puis un conseiller communal de l'opposition.

Tollé de la majorité, démission collective.

Il faut aujourd'hui remplacer les 13 des 15 élus qui ont ainsi quitté le Conseil communal.

Casting semblable et même esprit

Est-ce que repasser aux urnes permettra de sortir de l'ornière? Ce n'est pas gagné.

Il n'y a que deux listes en lice pour ces élections. La liste "Linkebeek" de Damien Thiéry et une liste bilingue baptisée "La Droite", dissidence du Parti Populaire. Même si "La Droite" recueillait les voix de tous ceux qui ne veulent pas (ou plus) de Damien Thiéry, n'y figurent que 4 candidats. La liste de Damien Thiéry devrait donc garder sa majorité et le cercle vicieux pourrait se poursuivre.

"Il est vraisemblable que la liste de Damien Thiéry recueille à nouveau la majorité. Alors si le conseil communal propose à nouveau Damien Thiéry comme candidat bourgmestre, on restera dans l'impasse", analyse Jean-Paul Nassaux, "parce que la Ministre Homans refusera à nouveau de le nommer: elle a été très claire à ce sujet au Parlement flamand, interpellée par le Vlaams Belang. Elle a dit: 'Damien Thiéry ne sera pas bourgmestre'".

'Il y a à présent un décret communal flamand qui prévoit qu'un candidat qui n'a pas été nommé ne peut plus se représenter durant la législature. Or est toujours dans la même législature communale, qui ne s'achève qu'en 2018. La Ministre Liesbeth Homans s'appuie sur ce décret".

L'issue: un colistier de Damien Thiéry?

"Il n'est pas exclu, pour calmer le jeu, que cette liste francophone désigne un autre candidat bourgmestre que Damien Thiéry" envisage le politologue. "Ce pourrait être un déblocage, puisque la Ministre a déjà montré qu'elle peut accepter un autre candidat francophone qui ne soit pas Damien Thiéry. Ce serait la solution de l'apaisement".

L'autre scénario serait l'entêtement mutuel. "Si la liste francophone de Linkebeek maintient son caractère intransigeant et la candidature de Damien Thiéry, on risque le blocage. La ministre pourrait à nouveau désigner un bourgmestre flamand hors de la majorité, ce qui mène à la paralysie de la commune ou alors... envoyer un commissaire du gouvernement flamand pour gérer la commune à la place du bourgmestre".

Les Linkebeekois se sentent-ils concernés par ce long bras de fer?

Ils sont en tout cas invités à repasser dans l'isoloir ce dimanche 13 décembre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK