Linkebeek: Liesbeth Homans refuse de nommer Yves Ghequiere au mayorat

Linkebeek: la ministre Liesbeth Homas refuse de nommer Yves Ghequiere au mayorat
Linkebeek: la ministre Liesbeth Homas refuse de nommer Yves Ghequiere au mayorat - © www.rtbf.be

La ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA) a annoncé mercredi qu'elle ne nommera pas Yves Ghequiere au mayorat de la commune à facilités de Linkebeek (Brabant flamand), au motif qu'il "refuse d'appliquer la législation linguistique".

Yves Ghequiere est le candidat avancé depuis début février par la majorité francophone de Linkebeek (treize élus sur quinze) au poste de bourgmestre, en remplacement d'Eric De Bruycker. Ce dernier, issu de la minorité flamande, avait été nommé par la ministre en 2015, au grand dam de la majorité francophone qui avait soutenu à plusieurs reprises la candidature de Damien Thiéry (MR).

Un incident était survenu au conseil communal du 6 mars dernier, au cours duquel des conseillers avaient parlé en français sans qu'Yves Ghequiere, qui présidait la séance, ne les reprenne. L'opposition flamande avait dénoncé les faits à la province.


Liesbeth Homans avait dans un premier temps calmé le jeu, renvoyant à une entrevue prochaine entre Yves Ghequiere et le gouverneur du Brabant flamand. Mais selon la ministre, Yves Ghequiere a dit, au cours de cet entretien, ne pas voir de problème à l'usage du français à cette occasion.


La majorité francophone avait en effet évoqué un arrêt de la Cour constitutionnelle du 10 mars 1998 stipulant que l'obligation d'utiliser la langue de la région au cours des séances du conseil communal s'appliquait exclusivement au bourgmestre et aux autres membres du collège des bourgmestre et échevins.

Liesbeth Homans se réfère quant à elle à plusieurs arrêts du Conseil d'État qui ont à chaque fois confirmé la non-nomination de Damien Thiéry. "J'avais espéré que le fait de proposer Yves Ghequiere prenait le chemin de la pacification, mais c'est le contraire qui apparaît maintenant", a-t-elle réagi dans un communiqué. A ses yeux, il s'agit là d'une provocation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK