Ligne à haute tension: Woluwe-Saint-Lambert demande la suspension d'un chantier

La commune de Woluwe-Saint-Lambert demande de suspendre l'installation d'une ligne à haute tension, une ligne à 150 000 volts. Elia qui s'occupe du transport d'électricité, a entamé la pose de gaines pour faire passer les trois câbles. Mais les habitants de la rue ont montré à la commune, photos à l'appui, que des précautions promises n'étaient pas appliquées.

Un responsable communal s'est rendu sur place et a tiré les mêmes conclusions. Il a déduit qu'une suspension du chantier était nécessaire.

La disposition des câbles: pas un détail

Au coin du Boulevard Brand Whitlock et de l'Avenue de Woluwe-Saint-Lambert, Elia s'est engagé à enfouir les câbles profondément, à les placer à 6 mètres minimum des façades et à les grouper. Ces dispositions réduisent le champ magnétique perceptible autour de la ligne à haute tension.

Mais les trois premières gaines de câbles placées montrent autre chose. "On voit bien là que les câbles, au lieu d'être assemblés en triangle, sont à plat les uns à coté des autres et on sait que cela conduit à un champ magnétique plus fort et cela pourrait être évité" constate Jean-François Roche, habitant de Schaerbeek opposé à cette nouvelle ligne haute tension dans les rues étroites.  

François Belenger habite cette rue. Il craint que le champ magnétique de cette ligne à 150 000 volts n'affecte la santé de sa famille. "Nous avons deux enfants, de 3 et 5 ans et demi qui dorment dans des chambres côté rue, à 8 mètres de la ligne, donc ils seront exposés toute la nuit".

Un impact sur la santé?

L'exposition au champ magnétique est nettement moins forte pour des câbles enterrés que pour des câbles à l'air libre. Et elle diminue fortement, mètre par mètre, au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la ligne à haute tension enterrée.

Mais qu'en est-il à proximité immédiate? Y a-t-il un risque à vivre à quelques mètres de la ligne, comme lorsqu'elle passe sous une rue étroite?

Un constat est avéré dans la littérature scientifique: les leucémies d'enfants sont moins rares dans les foyers à proximité immédiate (moins de 4 ou 5 mètres) d'une ligne à haute tension, au champ magnétique conforme à ce qu'une telle ligne peut dégager.

"Le risque observé consiste en un doublement des leucémies infantiles à proximité de ces lignes,  pour autant que l'exposition au champ magnétique dépasse une certaine valeur, et sur le long terme" résume le Docteur Jacques Vanderstraeten, médecin expert du Conseil Supérieur de la Santé.

Un risque très faible mais pas inexistant

Plusieurs de facteurs doivent donc être réunis pour une hausse de risque (proximité, durée, intensité). Alors quelle est la fréquence de ces cas de leucémie supplémentaires?

"La leucémie infantile est une maladie assez rare, un enfant sur 100 000 par an" poursuit le médecin, "et l'exposition au niveau à risque est elle-même peu fréquente: elle concerne à peu près 1 à 2% de la population. Alors si l'on croise ces deux chiffres, dans un pays comme la Belgique, cela donne environ un cas par an de leucémie infantile additionnel".

Un risque très faible mais que des parents, comme François Belenger, n'ont pas envie de prendre.

Pas de normes, peu de transparence

Le Conseil Supérieur de la Santé a formulé des recommandations, mais en Région bruxelloise il n'y a pas de normes qui fixeraient un seuil d'exposition à ne pas dépasser. Pas de contrôles non plus, encore moins de sanctions. 

La Région bruxelloise est en train de finaliser une convention avec Elia, moins contraignante vraisemblablement que des normes, mais qui fixera des précautions à prendre lors de la pose de nouvelles lignes à haute tension. La région annonce aussi un système de contrôle de l'exposition.

A Woluwe-Saint-lambert, la commune souhaite que la pose de la ligne ne reprenne que le jour où cette convention sera signée par Elia, en charge du transport d'électricité.

Une transparence utile

"Dans ce débat", commente le Dr Jacques Vanderstraeten, "une transparence pourrait déjà désamorcer des inquiétudes. Et notamment communiquer des valeurs chiffrées d'exposition pour que chacun puisse se faire une idée de ce à quoi il sera exposé et puisse comparer ce niveau au niveau réputé à risque". Faire ces mesures de contrôle n'est techniquement pas difficile. "Les appareils de mesure de champs magnétiques basse fréquence existent, sont au point et sont simples d'usage".

Opter pour des rues larges ou un blindage?

Puisqu'avec la distance, le champ magnétique diminue fortement, mètre par mètre, l'itinéraire idéal d'une ligne à haute tension, en ville, longe les boulevards. Les distances recommandées par le Conseil Supérieur de la Santé par rapport aux façades peuvent y être largement dépassées: oublié, le risque.

Mais techniquement, ce n'est pas possible partout. Une autre option existerait alors, pour les rues plus étroites: un blindage autour des câbles pour en limiter le rayonnement. Possible, mais coûteux.

Normes, transparence, itinéraire, blindage, contrôles... Des balises régionales rassureraient d'autres habitants, puisque cette nouvelle ligne à haute tension traversera plusieurs autres rues résidentielles, cette fois à Schaerbeek. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK