Bruxelles: licenciés, trois travailleurs de l'asbl Bravvo invoquent un vice de procédure

Trois travailleurs licenciés de Bravvo invoquent un vice de forme
Trois travailleurs licenciés de Bravvo invoquent un vice de forme - © Google Street View

A la mi-mai, la direction de l'asbl Bravvo, qui fait office de service de prévention pour la Ville de Bruxelles, licencie trois personnes : un gardien de la paix, un chef d'équipe et un coordinateur. Les lettres de préavis portent la signature de Faouzia Hariche, échevine de la Ville de Bruxelles et présidente de Bravvo. Les licenciements sont contestés en interne par une partie des travailleurs et les trois collaborateurs bénéficient du soutien de leur syndicat. 

Des statuts inchangés depuis...2014

Dans les faits et dans les actes, Faouzia Hariche est bien la présidente de l'asbl. En tout cas, elle se comporte comme tel. Mais juridiquement, c'est plus compliqué. En effet, les statuts de Bravvo n'ont plus été actualisés depuis six ans. Le dernier acte publié au Moniteur date d'août 2014. Et il mentionne encore comme président l'ex-bourgmestre Yvan Mayeur, qui a pourtant démissionné de tous ses mandats à la Ville le 8 juin 2017. 

Au travail ce lundi

Pour l'avocat des travailleurs licenciés, leur limogeage est nul et non avenu. Il a donc conseillé à ses clients de se rendre ce lundi sur leur lieu de travail. Une entrevue est également programmée entre le secrétaire communal de la Ville de Bruxelles et les organisations syndicales pour discuter du cahier de revendications du personnel. La saga Bravvo est loin d'être terminée. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK