Les tags déjà de retour une semaine après le nettoyage du Monts des Arts

Les tags déjà de retour une semaine après le nettoyage du Monts des Arts
13 images
Les tags déjà de retour une semaine après le nettoyage du Monts des Arts - © Tous droits réservés

Il a fallu trois jours à une entreprise spécialisée pour nettoyer les 300 m² de tags au Mont des Arts la semaine dernière. Cout de l'opération: 5280 euros. Mais il n'a pas fallu une semaine pour voir réapparaître les premières signatures sur la pierre bleue, le marbre et la pierre française à quelques mètres des panneaux en bois prévus pour que les tagueurs s'expriment.

À la sortie de la Bibliothèque royale, des étudiants infirmiers découvrent les nouveaux graffitis le long des escaliers. "Ils ne sont vraiment pas beaux", réagit l'un d'entre eux. "De toute façon, plus on va interdire les tags, plus les gens voudront en faire." C'est ce goût de la transgression qui explique le fait que les tags débordent largement des panneaux en bois sous la galerie prévus pour le street art.

Résultat: la Régie des bâtiments, responsable de la propreté des murs aux Monts des arts, a accéléré la cadence des nettoyages. D'un seul au printemps, elle est passée à un tous les trois ou quatre mois. Mais le meilleur moyen de les éviter est de surprendre les auteurs en flagrant délit. "Ce qui est plutôt rare", explique Johan Vanderborght, porte-parole de la régie des bâtiments. "Le lieu est ouvert le soir et pas très sécurisé. La police fait ce qu'elle peut mais ça va très vite d'apposer un tag. Si quand bien même, l'auteur se fait attraper, on demande de payer les frais pour enlever le tag."

À 5000 euros le nettoyage, autant éviter de prendre le risque. C'est sur cette sensibilisation que la Régie compte aussi pour voir le phénomène se réduire. Des plaintes contre X sont régulièrement déposées à la police.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK