Méga-prison de Haren: les plans du projet vont-ils devoir être modifiés?

Si la Ville ne délivre pas le permis pour dévier le Kelbeek, le projet de prison devra être adapté.
Si la Ville ne délivre pas le permis pour dévier le Kelbeek, le projet de prison devra être adapté. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La Ville de Bruxelles, plutôt réticente au projet, joue sa dernière carte. Elle s'oppose à modifier le tracé du sentier qui traverse le terrain où doit être construite la future prison.

Le sentier du Kelbeek est un chemin vicinal qui relie Haren à Diegem. La nouvelle prison viendrait se construire sur ce sentier. Il doit donc être dévié.

Or, une loi de 1841 stipule que pour modifier le tracé d'un chemin vicinal, qui relie deux villages, les communes doivent donner leur aval. La Ville annonce donc qu'elle s'oppose au déplacement du chemin du Keelbeek. C'est l'avis rendu par les autorités communales lors de la commission de concertation, préalable au permis d'urbanisme, qui s'est tenue il y a deux jours. La décision ferme doit encore être prise.

La Ville demande que le sentier soit dédoublé pour contourner la future prison de part et d'autre, qu'il soit plus large que ce que prévoit le projet, ainsi que des compensations.

Le projet de prison a-t-il du plomb dans l'aile ?

Une chose est sûre : si la Ville ne délivre pas le permis pour dévier le Kelbeek, le projet de prison devra être adapté.

Une nouvelle demande de permis devra être introduite. Ce qui suppose, au minimum, un certain retard pour le projet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK